Publié le 22.06.2012 • Mis à jour le 20.03.2013

Le CCFD-Terre Solidaire s’associe à la forte préoccupation de la société civile paraguayenne

Paraguay : massacre de paysans sans terre et crise politique

Le 15 juin, 18 personnes ont été tuées lors d’une opération policière d’expulsion de paysans sans terre à Curuguaty. Une enquête est en cours sur cette tragédie qui sert aujourd’hui de prétexte à un processus de destitution lancé contre l’actuel Président Fernando Lugo par l’ensemble des partis politiques, y compris ses alliés...

La politique de Fernando Lugo est critiquable, mais ce processus constitutionnel de « juicio politico » ressemble fortement à un « coup d’Etat parlementaire », mettant en péril la jeune démocratie paraguayenne. Le CCFD-Terre Solidaire s’associe à la forte préoccupation de la société civile paraguayenne et exprime son inquiétude face à ce risque de retour en arrière. Nous reproduisons ici le communiqué de l’association des ONG du Paraguay, POJOAJU.

POJOAJU - ASSOCIATION DES ONG DU PARAGUAY ET SES RESEAUX MEMBRES

Nous, les hommes et les femmes de POJOAJU - Association des ONG du Paraguay - et ses réseaux membres, nous nous insurgeons devant les citoyens du Paraguay et de la région, en ce sombre 21 juin 2012, pour exiger de la part des trois pouvoirs de l’Etat des garanties protégeant le processus démocratique national :

Le « Procès Politique » utilisé aujourd’hui contre le Pouvoir éxécutif par l’ANR (Association Nationale Républicaine, parti « Colorado »), le PLRA (Parti Libéral Radical Authentique), l’UNACE (Union Nationale des Citoyens Ethiques), le PPQ (le Parti Patrie Bienaimée) et le PDP (Parti Démocratique Progressiste) montre la non-reconnaissance de l’équilibre des pouvoirs et sert de prétexte à l’impunité des autres pouvoirs de l’Etat : le Pouvoir législatif et le Pouvoir judiciaire.

Les douloureux événements de Curuguaty - Yvypytâ, dont le bilan est de 18 morts, doivent être clarifiés au plus vite et les responsables punis selon la loi ; ces faits ont mis en évidence une violence sociale et d’Etat que le Paraguay n’avait pas connu depuis des décennies.

De la même manière, les morts survenues sur les terres de Campos Morumbí nous montrent la responsabilité des trois pouvoirs de l’Etat, du fait qu’ils n’ont pas récupéré les terres « acquises illégalement » ni initié de réforme agraire. De vagues réponses furent seulement données aux nombreuses demandes paysannes et indigènes.

Nous avons la conviction que l’utilisation discrétionnaire, proclamée depuis les débuts de ce Gouvernement, de l’instrument constitutionnel « Procès Politique » qui a aujourd’hui été mis en place, ne réussit pas à occulter, et n’occultera pas, la lourde responsabilité de tous les pouvoirs de l’Etat concernant la situation de pauvreté et d’inégalité dans laquelle vivent les habitants de notre République.

Nous dénonçons avec fermeté la position des parlementaires, hommes ou femmes, à quelques exceptions près, visant à mettre fin au processus de démocratisation initié en 2008. Leur décision, quoique légale, n’est pas légitime parce qu’elle met en danger l’institutionnalisation et l’état de droit.

Nous rendons directement responsables le Congrès national des nouvelles conséquences négatives que cette décision parlementaire entraîne ou pourrait entraîner et nous exigeons des trois pouvoirs de l’Etat les garanties et le respect de l’exercice du droit à la libre expression et aux manifestations citoyennes.

Nous, POJOAJU et ses réseaux membres, appelons au rassemblement et à la vigilance permanente pour maîtriser l’évolution des événements.

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

19 octobre 2018

Brésil, une démocratie en péril

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil a finalement élu Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un candidat (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)