espaces
bénévole | presse | donateur
| |
Dossier Asie : reconstruire après le tsunami

Le suivi des financements

Publié le 17.06.2005 Mis à jour le 29.08.2012

Comment les projets sont-ils choisis ?

  • Ce sont les partenaires qui soumettent leurs demandes au CCFD.
  • Dans les semaines qui ont suivi la catastrophe, les chargés de mission salariés du CCFD se sont rendus sur le terrain pour examiner avec les partenaires les besoins et élaborer en commun des orientations à donner au financement.
  • Le CCFD collaborait déjà depuis plusieurs années avec tous les partenaires qui ont bénéficié de financements à l’occasion du tsunami. Ils ont en commun d’avoir établi un contact de proximité authentique avec les populations, de travailler en lien avec le tissu social local et d’inscrire leur action dans une perspective de développement économique et social de long terme.
  • À l’occasion du tsunami, le CCFD a choisi de porter une attention particulière aux populations discriminées ou exclues de l’aide.

Comment les projets sont-ils validés ?

Compte tenu du caractère exceptionnel de la situation, le CCFD a recours à une procédure d’urgence exceptionnelle.

Néanmoins l’ensemble des instances statutaires est associé à la prise de décision.

  • Le projet présenté par le chargé de mission est soumis
    • à l’approbation du secrétaire général, du responsable du Département Projets et du chef de service Asie.
    • puis à l’approbation du Conseil d’administration, ou, entre deux réunions, par le Bureau de l’association (par délégation du Conseil d’administration) qui se réunit chaque semaine.
  • Cette approbation permet de déclencher l’ordre de paiement.
  • Le Conseil d’administration du CCFD entérine ensuite définitivement la décision du Bureau, s’il n’a pu lui-même examiner la demande.
  • La Commission « diocèses-national Projets », est informée par le département projets lors de sa réunion semestrielle.

Cette procédure simplifiée est maintenue jusqu’à présent, pour répondre rapidement aux besoins des partenaires, y compris dans le domaine de la réhabilitation. Elle ne s’applique qu’aux fonds collectés à l’occasion du tsunami.

Le CCFD n’étant pas une association d’urgence, il ne dispose que d’un fonds limité (100 000 euros en 2005) pour permettre à un partenaire de faire face à un problème grave imprévu, mais ponctuel. Ce fonds d’urgence est administré par le Conseil d’administration.

Les fonds collectés spécifiquement à l’occasion du tsunami n’entrent donc pas dans ce cadre budgétaire.

Le bureau, puis le Conseil d’administration, ont donc mis en place une procédure rapide afin de pouvoir débloquer les financements de manière à permettre aux partenaires de faire face à la situation créée par le tsunami.

La procédure ordinaire, appliquée aux projets de développement, prévoit

  • un examen par la Commission « diocèses-national » (qui réunit des représentant des comités diocésains du CCFD et des représentants des organisations membres du CCFD),
  • puis une approbation par le Conseil national délibératif (l’Assemblée générale et les Présidents élus en région).

Cette procédure qui a lieu tous les semestre n’était pas adaptée à la situation post-tsunami.

Comment les projets sont-ils suivis ?

Le chargé de mission est en contact permanent avec le responsable de projet sur le terrain.

Il reçoit régulièrement des rapports d’activités accompagnés d’états financiers qui permettent de suivre l’utilisation des financements.

Afin de constater de lui-même la mise en œuvre des opérations, les difficultés rencontrées par le partenaire et les suites du projet à soutenir, le chargé de mission réalise des visite régulières à différentes étapes.

Comment les projets sont-ils évalués ?

Le chargé de mission procède périodiquement à une évaluation du projet et de la relation partenariale, notamment à l’occasion d’une mission pour tous les projets dans lesquels s’engage le CCFD.

Dans le cadre de projets co-financés avec d’autres bailleurs de fonds, les projets font l’objet d’une évaluation externe et neutre réalisée par un consultant professionnel.

Nos partenaires sont « audités » selon les règles en vigueur dans leur pays et nous communiquent les résultats de cet audit.

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066