Un avenir sans faim

Publié le 22.04.2013

Birmanie : l’UE lève les sanctions pour privilégier les intérêts de ses entreprises

Les Ministres des Affaires Etrangères de l’Union Européenne ont décidé aujourd’hui de lever l’ensemble des sanctions politiques et économiques à l’encontre de la Birmanie, à l’exception de l’embargo sur les armes.

En prenant cette décision, l’Union Européenne démontre qu’elle ne place pas les droits de l’homme au cœur de son engagement avec la Birmanie. Les sanctions semblent en effet avoir été levées en fonction d’intérêts économiques plutôt qu’au regard d’une amélioration réelle de la situation des droits de l’homme et d’une évolution notable du processus politique.

En effet, en dépit d’indéniables progrès de la part du gouvernement birman, les réformes réalisées n’ont permis, ni de mettre un terme aux violations des droits de l’homme, ni à l’impunité, ni d’avancer vers une réconciliation nationale. La levée des sanctions semble à ce titre prématurée.

Pourtant, Le 26 avril 2012, le Conseil de l’UE, en suspendant ses sanctions, précisait clairement les progrès qu’elle s’attendait à voir en réponse : « L’UE attend toujours la libération sans condition des autres prisonniers politiques et la levée de toutes les restrictions imposées à ceux qui ont déjà été libérés. Elle espère que le conflit prendra fin, que l’accès à l’aide humanitaire s’améliorera considérablement, en particulier pour ceux qui sont victimes du conflit dans l’État de Kachin et le long de la frontière orientale et, en outre, que le statut des Rohingyas sera examiné et que leurs conditions de vie seront améliorées. »

Selon les organisations signataires, aucune des conditions posées par le Conseil de l’UE n’a été respectée et la situation s’est même aggravée à certains égards. La discrimination des Rohingyas s’est non seulement intensifiée mais a aussi mené à des actes tragiques de violence contre les communautés musulmanes du centre de la Birmanie. Dans l’Etat kachin où le conflit est largement alimenté par les tensions relatives à l’exploitation des minerais, l’armée birmane a lancé une offensive en décembre 2012 ciblant les populations civiles. Enfin, des centaines de prisonniers politiques sont toujours en prison et la grande majorité de ceux qui ont été relâchés ont seulement été mis en liberté conditionnelle

Dans sa résolution de novembre 2012 sur la Birmanie, l’Assemblée Générale des Nations Unies « se déclare préoccupée par la persistance des violations des droits de l’homme » pouvant être assimilées à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. La Birmanie n’est pas une démocratie, la majeure partie des lois répressives est encore en place.

En levant les sanctions, l’UE se prive de toute forme de pression pouvant favoriser la transition démocratique dans le pays, et envoie un message clair au gouvernement birman lui indiquant qu’il peut continuer à ignorer les demandes de la communauté internationale et à violer le droit international en toute impunité.

Plus que jamais l’UE doit apporter son soutien pour que des réformes durables soient mises en place en Birmanie ainsi que l’instauration d’un Etat de droit, et pour que la population de Birmanie, notamment les minorités ethniques, puisse enfin jouir des libertés qui lui ont été si longtemps refusées.

Enfin, l’UE doit accompagner la levée des sanctions économiques d’exigences fermes sur la mise en œuvre de mesures pour favoriser la transparence financière, la juste répartition des revenus, la concertation de la population, et les études d’impact environnemental. Les pays européens doivent faire passer l’avenir de la population birmane avant celui de leurs entreprises.

Signataires : CCFD-Terre Solidaire, Info Birmanie, Secours catholique

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

S’informer

25 septembre 2017

Au Mexique, la disparition de 43 étudiants reste toujours impunie

Il y a trois ans, le 26 septembre 2014, 43 étudiants mexicains disparaissaient près de la ville d’Iguala. Une loi sur les disparitions est (...)

23 août 2017

Les réseaux sociaux, des armes de mobilisation massive

300 - Juillet-Août

Facebook, Twitter, Instagram... En Argentine, au Brésil, comme dans toute l’Amérique latine, les réseaux sociaux sont devenus (...)

16 août 2017

La paix en marche en Colombie

300 - Juillet-Août

Au mois de juillet 2017, Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, était de retour en Colombie. Il connait bien ce pays où il (...)