Publié le 15.07.2013 • Mis à jour le 05.08.2013

Birmanie, lettre ouverte à François Hollande

A la veille de la visite en France du Président birman Thein Sein

Monsieur le président,

A la veille de la visite officielle du président birman Thein Sein, les 17 et 18 juillet 2013, au cours de laquelle vous aurez un entretien en tête à tête, le CCFD-Terre Solidaire, Info Birmanie, la FIDH, le Secours catholique, Avaaz et Reporters sans Frontières vous appellent à ne pas passer sous silence la situation des droits humains, notamment les violences dont est victime la minorité Rohingya.

Lors de la venue d’Aung San Suu Kyi à Paris, en juin 2012, vous avez déclaré que « la France, avec l’Europe, fera toutes les pressions nécessaires, mais aussi les accompagnements (…) pour que le processus (de réformes) aille jusqu’à son terme, c’est-à-dire la démocratie pleine et entière (…) des élections libres, (...) des libertés politiques, des libertés syndicales, (...) la possibilité pour les minorités d’être respectées, (...) la fin des régimes d’exception ».

Depuis 2011, les autorités birmanes mènent en effet un programme de réformes mais celles-ci restent largement insuffisantes. Le gouvernement est toujours contrôlé par les militaires et la majorité des lois répressives mises en place par la junte ces dernières années n’a pas été abrogée. Pire encore, les représentants du gouvernement et les forces de sécurité continuent de participer directement à de graves violations des droits humains.

Votre rencontre avec le président Thein Sein portera en grande partie sur les investissements français en Birmanie. Depuis que l’Union européenne a assoupli les sanctions économiques contre la Birmanie, en avril 2012, le pays est au centre d’un intérêt grandissant des investisseurs étrangers.

La France ne doit pas se laisser guider uniquement par ses intérêts économiques, alors que de grandes entreprises françaises, comme Vinci, Bouygues, Total et Orange sont en train de négocier des contrats en Birmanie. Elle doit, dans un premier temps, s’assurer que les droits humains figurent bien au cœur du processus de réformes en cours dans le pays.

La France, avec les membres de l’Union européenne, se doit d’exiger du gouvernement birman qu’il respecte ses engagements et fasse cesser les violences et discriminations contre les musulmans et plus particulièrement les Rohingyas, une minorité musulmane particulièrement maltraitée en Birmanie. Les campagnes militaires et d’incitation à la haine contre les groupes ethniques doivent également cesser et l’accès humanitaire dans l’Etat Kachin, où des dizaines de milliers de populations déplacées vivent dans des conditions désastreuses, doit être garanti. La liberté de l’information et de la presse dans la couverture des conflits en Arakan et des Rohingyas sont cruciales afin d’empêcher que les violences ne se poursuivent à huis clos.

En outre, nous attendons de votre rencontre avec le président birman que vous l’encouragiez à mettre en place un calendrier détaillé de réformes en vue des élections de 2015. Il est indispensable que la France rappelle son attachement à une réforme en profondeur du système judiciaire, afin de le rendre conforme aux normes internationales. Le président Thein Sein doit également entendre que la libération de tous les prisonniers politiques y compris ceux arrêtés depuis son arrivée à la présidence en 2011, est un préalable à la reprise de relations normalisées avec son pays.

Si ce n’était pas le cas, la France récompenserait un régime qui ne tient pas toutes ses promesses et lui enverrait un message lui indiquant qu’il peut continuer d’ignorer les demandes de la communauté internationale et de violer le droit international en toute impunité.

Sans réformes institutionnelles, législatives et constitutionnelles, la Birmanie ne peut être une société libre et démocratique, et sans accord politique avec les groupes ethniques, la Birmanie ne connaîtra jamais la paix.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président, de faire entendre la voix de la France sur le respect des droits humains et de la sécurité des populations en Birmanie.

En vous remerciant par avance de l’attention portée à notre démarche et en vous assurant de l’expression de notre haute considération.

Karim Lahidji, président de la FIDH
Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire
Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières
François Soulage, Président du Secours Catholique – Caritas France
Mathieu Flammarion, Président d’Info Birmanie
Alex Wilks, directeur de campagnes, Avaaz.

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

24 février 2017

Birmanie : une école gratuite et ouverte à tous les enfants, sans distinction d’ethnie ou de religion

De la maternelle jusqu’à la sixième, ils sont près de 500 enfants à se rendre tous les jours a l’école. Cette école gratuite accueille tous (...)

S’informer

19 October 2018

Brésil, une démocratie en péril

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil est sur le point d’élire Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un (...)

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)