Publié le 05.11.2018 • Mis à jour le 11.12.2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations partenaires que nous soutenons sur place nous ont rapidement fait part de l’ampleur de la catastrophe. Nous vous remercions d’avoir été nombreux à répondre généreusement à notre appel à la solidarité. Voici comment l’aide s’organise depuis la catastrophe

Un séisme et un tsunami dévastateurs

Le vendredi 28 septembre 2018, un séisme de puissance 7.4 sur l’échelle de Richter et plusieurs répliques frappent le centre de l’île de Sulawesi (aussi connue sous le nom de Célèbes en français). Le séisme est suivi d’un tsunami qui dévaste certaines zones côtières.
Deux semaines après la catastrophe, les autorités compteront 2073 morts et 5000 disparus.

Premiers secours après le séisme à Sulawesi © KIARA

Le 2 octobre, la coordinatrice de KIARA, l’une des organisations partenaires que nous soutenons sur l’île, nous envoie les premières nouvelles via WhatsApp.
KIARA travaille en appui aux communautés de pêcheurs, très exposées à la catastrophe.

La situation n’est toujours pas bonne. C’est le chaos. L’aide vient très lentement et il y a un manque de bénévoles tandis que la route a été atteinte aussi.
Les gens meurent ; et certaines personnes ont pris des vivres dans les mini-supermarchés.

Ce qui est important maintenant est la nourriture, l’eau propre, des vêtements et du fuel pour le transport pour distribuer l’aide dans des endroits isolés.

KIARA envoie une vidéo montrant l’étendue des dégâts :

Appuyer les associations locales, les plus à même d’apporter une aide efficace

Le CCFD-Terre Solidaire, qui appuie des organisations indonésiennes depuis 1998, , soutient notamment l’action de KIARA, une ONG engagée dans le renforcement des populations qui vivent de la pêche. Celle-ci travaille depuis 2016 avec les villages de pêcheurs autour de Palu qui sont confrontés à la destruction de la mangrove et à l’expropriation du rivage pour le développement d’hôtels ou de zones industrielles.
C’est cette région qui a été dévastée par le tremblement de terre suivi du tsunami.
Concernant les maisons des pêcheurs : KIARA note qu’ils ne savent pas exactement, mais que sans doute « tout a été détruit et rien ne reste »

Le CCFD-Terre Solidaire décide de lancer un appel à don par email, sur son site internet et ses réseaux sociaux afin de pouvoir aider Kiara à financer l’aide d’urgence qui s’organise sur place. Les partenaires doivent aussi évaluer les dégâts et les besoins afin de les faire remonter auprès de l’Etat indonésien qui a pris en main l’organisation des secours :

Actuellement nous collectons de l’argent à envoyer à Makassar (capital de l’île de Sulawesi) pour que les membres là-bas puissent acheter le nécessaire.
Ils le transportent ensuite par voiture à Pula. Une petite équipe de 10 personnes est maintenant sur place. Ils ont ouvert une cuisine publique.

Les ONG étrangères ne sont que très partiellement autorisées à se rendre directement sur la zone sinistrée. Pour Nicolas Heeren, chargé de mission au CCFD-Terre Solidaire, c’est effectivement l’Etat Indonésien, par son expérience des catastrophes naturelle et son infrastructure sur place, qui est le plus à même d’organiser les secours, en lien avec les ONG locales.
Le CCFD-Terre solidaire assure de son soutien financier son partenaire KIARA, naturellement appelé à venir en aide aux communautés de pêcheurs très touchées par la catastrophe.

Le 4 octobre, les partenaires renvoient des nouvelles. Ils expliquent que la situation s’est un peu améliorée à Pula. La route est réouverte. Les organisations collectent surtout des vêtements et de la nourriture.

KIARA alerte sur la situation du village de Dongola, anéanti par le tsunami : « la situation est toujours difficile à cause de l’accès difficile et du manque de volontaires / bénévoles. » C’est dans cette zone que KIARA va bientôt concentrer ses efforts.

Le réseau KPA (Coalition pour la réforme agraire), autre association soutenue par le CCFD-Terre Solidaire met rapidement en place une réponse d’urgence sur plusieurs sites avec des membres de son réseau responsables localement. KPA demande à ses membres localisés ailleurs sur l’île de Sulawesi fournir du matériel (couvertures, nourritures, etc.). Celui-ci est rassemblé à Makassar (capitale de Sulawesi) et ensuite transporté vers la région de Palu.
KPA et sa plateforme KNPA viennent en aide à la population dans les villages proches de la ville de Palu où le séisme a eu lieu. Six "Poste d’aide d’urgence" sont créés pour apporter de l’aide matérielle et un appui psychologique.

Après l’aide d’urgence, aider les communautés à se reconstruire dans leur environnement

Au-delà de l’aide d’urgence, les partenaires manifestent leur volonté de travailler avec les communautés et les autorités locales autour de la prévention des risques environnementaux. La revitalisation du secteur de la pêche après la perte des moyens économiques des pêcheurs est aussi au cœur de leur préoccupation.

Activités prévues par l’association Kiara à partir du soutien financier du CCFD-Terre Solidaire :

  • Distribution des produits de première nécessité à la communauté (aliments de base, médicaments, lait et vêtements pour bébés, etc.)
  • Soins psychiques pour des victimes traumatisées
  • Analyse des besoins et des équipements perdus, tels pirogues, filets de pêche, etc. pour aboutir à une proposition auprès des autorités locales pour la revitalisation de la pêche dans la zone dévastée de Mamboro.
  • Sensibilisation de la population côtière locale (et groupes cibles de KIARA) à la prévention des catastrophes
  • Cartographie des mangroves à replanter

Un mois après la catastrophe, les partenaires témoignent de la souffrance morale de la population et du besoin d’un suivi psychologique.

La coalition pour la réforme agraire KPA prépare également un travail de plaidoyer pour la mise en place de plans de réduction des risques naturels par le gouvernement local. Ils mettent en place des actions de plaidoyer pour une autre approche en termes d’aménagement de la côte.

Les partenaires sont informés de l’élan de solidarité dont témoigne l’importance des dons reçus. Susan, coordinatrice de KIARA, répond spontanément sur WhatsApp « j’ai pleuré en voyant cet effort pour le peuple de Pula ».

Pour en savoir plus sur notre action en Indonésie

Nos projets

30 novembre 2018

Cop 24 : Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

S’informer

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)