Noël contre la faim

Publié le 01.06.2005 • Mis à jour le 06.02.2013

Srebrenica : 10 ans après, faire face au passé

Une journée pour comprendre, le 18 juin à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). (1er juin 2005)

En juillet 1995, les forces serbes s’emparaient de Srebrenica, enclave « sous protection des Nations unies » où étaient amassés 42 000 Bosniaques (Musulmans), provoquant le plus grand massacre de civils perpétré en Europe depuis la seconde guerre mondiale : l’exécution sommaire en six jours de 8 000 personnes et la déportation du reste de la communauté hors de la zone conquise. Les casques bleus n’opposeront aucune résistance.
En novembre 1999, un rapport présenté par Kofi Annan reconnaissait la responsabilité de l’ONU dans « la faillite de la politique des zones de sécurité ». Le 19 avril 2004, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie confirmait le caractère génocidaire des opérations organisées sous le commandement du général Ratko Mladic et du « président » Radovan Karadzic. Sept ans après les premiers aveux, en 1996, de Drazen Erdemovic, un soldat réquisitionné dans les pelotons d’exécution, trois hauts gradés ont à leur tour reconnu les faits et plusieurs autres officiers et responsables sont actuellement en cours de procès.
L’année dernière, les autorités de la « République serbe de Bosnie » ont, non sans réticence, admis l’ampleur du massacre et révélé l’emplacement de dizaines de nouveaux charniers.
Peu à peu émerge la vérité accablante sur ces jours de terreur et de cette guerre. Mais le négationnisme résiste encore ; les principaux responsables, Mladic et Karadzic, sont toujours en fuite, les survivants vivent dans des camps de misère ou à l’étranger et pleurent leurs disparus non retrouvés, la lumière sur les responsabilités internationales, notamment celles des Français, n’est pas complète.

Cette journée nous permettra d’étendre notre réflexion : la bascule dans le crime génocidaire est-elle prévisible ? Comment les survivants peuvent-ils témoigner et sont-ils écoutés ? Que signifie la lutte contre l’impunité et la reconnaissance des responsabilités ? Quel bilan peut-on tirer des procédures engagées devant la justice internationale ? Rendre des comptes, réparer : relations internationales et morale sont-elles incompatibles ?


Programme de la journée
(sous réserve de modifications)

Srebrenica : 10 ans après, faire face au passé

Organisée par Amnesty International, Association Sarajevo, le CCFD, Esprit, la FIDH, l’IHEJ, la LDH avec le soutien de l’EHESS et Srebrenica 2005.

Ecole des hautes études en sciences sociales, 105, boulevard Raspail 75006 Paris

Ouverture : 9h30-10h

Première session : Eclairer les responsabilités
10h – 11h30
Modérateur : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS)

-  Survivre à Srebrenica
Emir Suljagic (auteur de « Postcards from the grave »)

-  La responsabilité de la France et de la communauté internationale
Sylvie Matton (auteur de « Srebrenica, un génocide annoncé », flammarion, à paraître)

-  Une analyse comparative des massacres et génocides nazis, rwandais et bosniaque
Jacques Semelin (CERI) (auteur de « Purifier et détruire », ed. du Seuil, à paraître)

Débat avec la salle : 11h30-12h

Deuxième session : Rendre compte des responsabilités : quel type de justice ?
14h – 15h30
Modérateur : Antoine Garapon (Secrétaire général de l’IHEJ)

  • Les procès sur Srebrenica au TPIY
    Mirko Klarin (auteur du documentaire « Srebrenica : the triumph of evil », 2003)

-  La reconnaissance des crimes en Serbie et la justice nationale
Sonja Biserko (Directrice du Comité Helsinki pour les droits humains de Belgrade)

-  Leçons et questions des autres expériences de procès pour crimes contre l’humanité
Pierre Hazan (Journaliste, auteur de « La justice face aux crimes. De Nuremberg à La Haye » )

Débat avec la salle : 15h30-16h

Pause : 16h-16h30

Troisième session : Assumer les responsabilités : réparations et retours
16h30 – 18h
Modérateur : Pierre Hassner (CERI)

-  Les retours, le mémorial, l’identification des corps, les réparations, un bilan
Svebor Dizdarevic (Enseignant et chercheur en sciences-politiques)

  • La mémoire des justes en Bosnie-Herzégovine
    Svetlana Broz (auteur de « Des gens de bien au temps du mal »)

-  ONU et Etats membres : quelles responsabilités pour quelles réparations ?
Alain Pellet (Professeur de Droit à l’Université Paris X)

Débat avec la salle : 18h-18h30

Samedi 18 juin 2005 (9h30-18h)

EHESS
105, Bd Raspail
Paris 6e
(M° St Placide ou Notre Dame des Champs)

Nos projets

1er décembre 2017 Acord Burundi , Les femmes paysannes de l’Union Uwaki de Kiwanja, décembre 2013 , Mooriben

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017 Inades formation au Burundi

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

16 novembre 2017 Amassa Afrique Verte

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)

S’informer

8 décembre 2017

Au Mexique, le Prix National des Droits Humains 2017 décerné à notre partenaire Miguel Gandara, président de Serapaz

Avec tous les membres de Serapaz, le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de voir le Prix National des Droits Humains au Mexique décerné à son (...)

29 novembre 2017

Henri Burin des Roziers, grand avocat des paysans sans terre au Brésil, nous a quittés

Henri Burin des Roziers est mort le 26 novembre 2017 à Paris à l’âge de 87 ans. Frère dominicain français épris de justice et de liberté, (...)

24 novembre 2017

Toujours victimes de violences, les Colombiennes reprennent leur destin en main

302 - Novembre-Décembre

Toujours victimes de violences malgré la fin du conflit armé, les Colombiennes cherchent à se défendre contre ce fléau. À la faveur des (...)