Publié le 01.06.2005 • Mis à jour le 06.02.2013

Srebrenica : 10 ans après, faire face au passé

Une journée pour comprendre, le 18 juin à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). (1er juin 2005)

En juillet 1995, les forces serbes s’emparaient de Srebrenica, enclave « sous protection des Nations unies » où étaient amassés 42 000 Bosniaques (Musulmans), provoquant le plus grand massacre de civils perpétré en Europe depuis la seconde guerre mondiale : l’exécution sommaire en six jours de 8 000 personnes et la déportation du reste de la communauté hors de la zone conquise. Les casques bleus n’opposeront aucune résistance.
En novembre 1999, un rapport présenté par Kofi Annan reconnaissait la responsabilité de l’ONU dans « la faillite de la politique des zones de sécurité ». Le 19 avril 2004, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie confirmait le caractère génocidaire des opérations organisées sous le commandement du général Ratko Mladic et du « président » Radovan Karadzic. Sept ans après les premiers aveux, en 1996, de Drazen Erdemovic, un soldat réquisitionné dans les pelotons d’exécution, trois hauts gradés ont à leur tour reconnu les faits et plusieurs autres officiers et responsables sont actuellement en cours de procès.
L’année dernière, les autorités de la « République serbe de Bosnie » ont, non sans réticence, admis l’ampleur du massacre et révélé l’emplacement de dizaines de nouveaux charniers.
Peu à peu émerge la vérité accablante sur ces jours de terreur et de cette guerre. Mais le négationnisme résiste encore ; les principaux responsables, Mladic et Karadzic, sont toujours en fuite, les survivants vivent dans des camps de misère ou à l’étranger et pleurent leurs disparus non retrouvés, la lumière sur les responsabilités internationales, notamment celles des Français, n’est pas complète.

Cette journée nous permettra d’étendre notre réflexion : la bascule dans le crime génocidaire est-elle prévisible ? Comment les survivants peuvent-ils témoigner et sont-ils écoutés ? Que signifie la lutte contre l’impunité et la reconnaissance des responsabilités ? Quel bilan peut-on tirer des procédures engagées devant la justice internationale ? Rendre des comptes, réparer : relations internationales et morale sont-elles incompatibles ?


Programme de la journée
(sous réserve de modifications)

Srebrenica : 10 ans après, faire face au passé

Organisée par Amnesty International, Association Sarajevo, le CCFD, Esprit, la FIDH, l’IHEJ, la LDH avec le soutien de l’EHESS et Srebrenica 2005.

Ecole des hautes études en sciences sociales, 105, boulevard Raspail 75006 Paris

Ouverture : 9h30-10h

Première session : Eclairer les responsabilités
10h – 11h30
Modérateur : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS)

-  Survivre à Srebrenica
Emir Suljagic (auteur de « Postcards from the grave »)

-  La responsabilité de la France et de la communauté internationale
Sylvie Matton (auteur de « Srebrenica, un génocide annoncé », flammarion, à paraître)

-  Une analyse comparative des massacres et génocides nazis, rwandais et bosniaque
Jacques Semelin (CERI) (auteur de « Purifier et détruire », ed. du Seuil, à paraître)

Débat avec la salle : 11h30-12h

Deuxième session : Rendre compte des responsabilités : quel type de justice ?
14h – 15h30
Modérateur : Antoine Garapon (Secrétaire général de l’IHEJ)

  • Les procès sur Srebrenica au TPIY
    Mirko Klarin (auteur du documentaire « Srebrenica : the triumph of evil », 2003)

-  La reconnaissance des crimes en Serbie et la justice nationale
Sonja Biserko (Directrice du Comité Helsinki pour les droits humains de Belgrade)

-  Leçons et questions des autres expériences de procès pour crimes contre l’humanité
Pierre Hazan (Journaliste, auteur de « La justice face aux crimes. De Nuremberg à La Haye » )

Débat avec la salle : 15h30-16h

Pause : 16h-16h30

Troisième session : Assumer les responsabilités : réparations et retours
16h30 – 18h
Modérateur : Pierre Hassner (CERI)

-  Les retours, le mémorial, l’identification des corps, les réparations, un bilan
Svebor Dizdarevic (Enseignant et chercheur en sciences-politiques)

  • La mémoire des justes en Bosnie-Herzégovine
    Svetlana Broz (auteur de « Des gens de bien au temps du mal »)

-  ONU et Etats membres : quelles responsabilités pour quelles réparations ?
Alain Pellet (Professeur de Droit à l’Université Paris X)

Débat avec la salle : 18h-18h30

Samedi 18 juin 2005 (9h30-18h)

EHESS
105, Bd Raspail
Paris 6e
(M° St Placide ou Notre Dame des Champs)

Nos projets

11 janvier 2019

Mexique : sur les routes de l’exil, une femme et deux hommes témoignent

Manolo, Octavio, et Malvina ont trouvé refuge à la Casa Mambré, un point d’accueil créé par les sœurs scalabriniennes au Mexique et soutenu (...)

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

S’informer

15 janvier 2019

Elections présidentielles en RDC : "un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées" (communiqué)

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo, donnant vainqueur M. Tshisekedi, est terni par un (...)

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)