Un avenir sans faim

Publié le 01.04.2010 • Mis à jour le 19.09.2013

Programme de dialogue inter ethnique

La Bosnie-Herzégovine traverse une période instable et dangereuse, marquée par le renforcement des divisions ethniques et la montée du communautarisme. Alors que la perspective des élections à l’automne prochain exacerbe ce climat, l’Europe peine à soutenir d’une voix forte et unie une Bosnie multiethnique. Pourtant des acteurs associatifs bosniens s’engagent en faveur de la coexistence. Exemple en est Youth Initiative for Human Rights.

Le 6 avril 1992, la guerre éclatait en Bosnie-Herzégovine. La semaine prochaine, deux événements sont organisés à Paris autour de ce tragique 18e anniversaire.

La Bosnie-Herzégovine traverse une période instable et dangereuse, marquée par le renforcement des divisions ethniques et la montée du communautarisme. Les partis politiques nationalistes imposent l’appartenance ethnique comme seul élément identitaire possible. Alors que la perspective des élections à l’automne prochain exacerbe ce climat, l’Europe peine à soutenir d’une voix forte et unie une Bosnie multiethnique.

Pourtant des acteurs associatifs bosniens s’engagent en faveur de la coexistence. Exemple en est Youth Initiative for Human Rights.

Un partenaire engagé au niveau régional pour la jeunesse

Youth Initiative for Human Rights est une organisation qui travaille selon une approche régionale et qui s’adresse en priorité aux jeunes des pays de l’Ex-Yougoslavie, avec la volonté de leur permettre de se rencontrer et de dépasser les stéréotypes qui restent profondément ancrés dans l’image que les uns et les autres ont des différentes communautés. Dans cette perspective, l’association a déjà organisé à de nombreuses reprises des voyages de jeunes kosovars et serbes, et elle entend bien étendre ce projet à la jeunesse de la Bosnie-Herzégovine.

Elle joue aussi un rôle actif au sein des sociétés civiles, en proposant des critiques constructives des politiques menées, notamment au profit de la jeunesse dans les Balkans. Ce partenaire organise prochainement son premier sommet de la jeunesse à Belgrade, avec l’objectif de mettre en relation les militants et jeunes activistes de ces pays.

Le projet « dialogue inter ethnique dans les municipalités isolées »

Ce projet a été construit sur un état des lieux dramatique : les conflits ethniques dans les Balkans sont loin d’avoir disparus. Concrètement, ces tensions se traduisent par toute une série de ségrégations au sein de la Bosnie-Herzégovine qui empêchent la constitution d’une société unifiée. Selon notre partenaire, pour dépasser cela, il est indispensable non pas de taire les conflits des années 1990, mais de les expliquer aux jeunes générations. Si on a donné les moyens aux acteurs associatifs des grandes villes de construire de tels processus de dialogue, il n’en va pas de même des petits acteurs des campagnes, largement oubliés. YIHR a donc décidé de se concentrer sur ces petites localités, aussi bien dans l’entité serbe que dans la fédération croato-musulmane.

L’objectif est de créer un dialogue entre les jeunes des différentes communautés, tandis que leurs parents refusent toujours de se parler.

Ce projet vise donc à mener une double lutte, à la fois contre une fracture spatiale et contre la fragmentation grandissante entre les communautés. Concrètement, environ 130 jeunes bénéficient de ce programme dans 5 municipalités isolées. Plus largement, les familles de ces jeunes, leurs amis et les autorités locales et les municipalités dans leur ensemble sont visées à travers la jeunesse. Les jeunes, réunis en petits groupes, s’expriment sur la guerre, apprennent à se comprendre les uns les autres et montent des projets communs (notamment artistiques, sous la forme d’intervention dans la rue, de théâtre...).

Il s’agit de normaliser les relations sociales inter ethniques par le dialogue et de renforcer les capacités des associations de jeunes qui se situent dans ces municipalités.

Par extension, le programme vise à terme à favoriser l’émergence d’un réseau de jeunes militants en Bosnie-Herzégovine.

Affronter le passé, préparer l’avenir (pdf - 4 novembre 2010)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

S’informer

20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des (...)

20 octobre 2017

Le CCFD-Terre Solidaire engagé pour un traité Onu contre l’impunité des multinationales

« Se battre contre les injustices est dans l’ADN du CCFD-Terre Solidaire ». Carole Peychaud, chargée de plaidoyer Régulation des (...)

25 septembre 2017

Au Mexique, la disparition de 43 étudiants reste toujours impunie

Il y a trois ans, le 26 septembre 2014, 43 étudiants mexicains disparaissaient près de la ville d’Iguala. Une loi sur les disparitions est (...)