Publié le 05.05.2006 • Mis à jour le 14.01.2014

Favoriser la scolarisation des enfants roms roumains installés en Ile de France

L’avenir des enfants Roms passe par l’école 

Le contexte

Entre 4000 et 5000 Roms roumains vivent en Ile de France, dont 500 enfants. Ils cumulent les difficultés : exclusion et précarité sur le plan juridique, installation sur des terrains non autorisés et dans des zones à risque, logements insalubres, etc. L’ASAV (Association pour l’accueil des voyageurs) a été créée en 1990 pour aider deux types de populations tsiganes installées en France : les Gens du voyage et les Roms roumains, qu’ils soient itinérants ou sédentarisés.

Le projet

L’ASAV entend favoriser la scolarisation des enfants Roms roumains installés en Ile de France, spécialement dans le département de Seine-Saint-Denis où 200 d’entre eux résident. Cette scolarisation se heurte à de nombreux obstacles, émanant des municipalités, des établissements scolaires et des familles elles-mêmes. Des freins d’ordre juridique interviennent également ; ils sont liés aux expulsions de terrains et aux évolutions législatives contraignantes de la demande d’asile. Deux médiateurs de l’association, parlant roumain, sont chargés d’améliorer les conditions de la scolarisation de ces enfants.

Les réalisations

Les médiateurs de l’ASAV organisent des réunions collectives avec les familles dans le but de leur faire prendre conscience du rôle de l’école et de l’intégration. Des films leur servent de support d’intervention. Ils mènent un travail de sensibilisation et de médiation avec les communes d’accueil des Roms, que ce soit auprès des élus ou auprès des services. Ils collaborent avec les enseignants affectés aux missions de soutien à la scolarisation des enfants du voyage. L’association initie des actions auprès des tribunaux administratifs en cas de refus de scolarisation.

lien vers le site Citoyens à part entière

Nos projets

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 septembre 2017

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

S’informer

6 August 2018

Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

22 June 2018

Etats-Unis : une politique migratoire inhumaine (communiqué de la CIDSE)

La CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité), dont le CCFD-Terre Solidaire est membre, est une alliance (...)

21 juin 2018

Brésil : l’Église au secours des migrants vénézuéliens

Chaque jour, des centaines de Vénézuéliens passent la frontière avec le Brésil. Ils fuient la misère économique et le régime répressif de (...)