Publié le 09.01.2009 • Mis à jour le 07.08.2013

Des juristes israéliens, juifs et arabes, pour que la loi s’applique à tous

HaMoked a été fondé en 1988 sur fond de la première « Intifada » (« soulèvement » en arabe). Au moment de sa création, l’association avait pour but d’apporter assistance aux Palestiniens victimes de la "politique des os cassés" et portait alors le nom de "Centre pour les Plaintes de Victimes de Violence".

Faire appliquer les valeurs des droits humains et du développement du droit international humanitaire

Le partenaire
HaMoked ou Centre HaMoked pour la défense de l’individu est une ONG israélienne de défense des droits de l’homme, situé à Jérusalem Est. Elle a été créée en 1988 par le docteur Lotah Saltzberger et comporte aujourd’hui 39 employés, juifs et palestiniens. Son objectif est de fournir une assistance juridique et une aide aux Palestiniens résidant dans les territoires de Cisjordanie, Bande de Gaza et Jérusalem Est, sous occupation israélienne. Elle intervient lorsque leurs droits sont violés par les autorités et l’armée israéliennes ou en conséquence de la législation israélienne.

Le projet
Au départ, HaMoked avait ouvert une ligne téléphonique pour les victimes de violences lors de l’Intifida. Sollicitée pour traiter d’autres cas d’atteintes aux droits de l’homme, HaMoked a élargi ses champs d’action : droits des prisonniers ; réclamations administratives - droits des résidents de Jérusalem (le transfert silencieux de population) et des territoires (y compris les autorisations de visites, le retour des expulsés, l’inscription des enfants dans les registres de population et la réunification familial) ; limitations à la liberté de circulation ; violence des forces de sécurité et des colons à l’encontre des Palestiniens ; destructions punitives des bâtiments et autres.

Les réalisations
Depuis sa création en 1988, HaMoked a traité plus de 70 000 demandes dans des domaines divers et variés. Elle a obtenu de nombreuses réparations pour violences physiques, expulsions ou détentions arbitraires...

Nos projets

30 novembre 2018

Cop 24 : Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

S’informer

30 novembre 2018

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après (...)

29 novembre 2018

Cameroun : Les restrictions de la liberté d’expression marquent un signal inquiétant du nouveau mandat du Président Biya (communiqué)

• Au moins six journalistes arbitrairement arrêtés dans le cadre de leur travail • Disparition forcée d’un défenseur des droits humains • (...)

13 novembre 2018

8 avenue Lénine : le combat d’une famille rom pour l’intégration (documentaire)

Mention spéciale au Budapest International Documentary Festival 2018 et sélectionné à DokLeipzig, au Human Film Festival de Berlin et à (...)