| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
Dossier Un programme mondial de transition à l’agroécologie paysanne (programme Tapsa)

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Publié le 20.12.2018 Mis à jour le 06.02.2019

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le choix de l’agroécologie pour répondre aux enjeux du monde paysan sur tous les continents. Un véritable projet de société qui prend en compte la multiplicité des dimensions que recouvre la question alimentaire.
Jessica Pascal et Robin Villemaine, chargés de programme TAPSA, présentent le concept d’agroécologie tel qu’il est mis en œuvre dans ce programme à dimension mondiale.

Pourquoi promouvoir l'agroécologie paysanne ?
© Patrick Piro/CCFD-Terre Solidaire

L’écologie des systèmes alimentaires

La première fonction de l’agriculture est de produire des aliments de qualité, sains et disponibles pour chacun.

Mais cet enjeu de la production alimentaire ne doit pas éclipser d’autres questions tout aussi vitales pour nos sociétés : protection de la biodiversité et lutte contre le réchauffement climatique, gestion démocratique des territoires et lutte contre toutes sortes d’inégalités et de formes de domination qui affectent les paysans, en particulier les femmes et les jeunes.

La notion d’agroécologie, comprise comme l’écologie des systèmes alimentaires, permet précisément de bien prendre en compte les multiples dimensions de la question alimentaire, qu’il est primordial de ne pas limiter à sa dimension agronomique.

La réforme des systèmes alimentaires est en effet autant une question technique que politique, de filières économiques que de territoires, de production que de consommation, de santé individuelle que de santé publique et environnementale.

Reconnaître le rôle primordial des communautés paysannes

Parler d’agroécologie paysanne, c’est plaider pour la reconnaissance du rôle central que les paysans ont à jouer dans les systèmes alimentaires qu’il est urgent de promouvoir.

Sans idéaliser l’agriculture paysanne, il faut reconnaître que c’est bien elle qui possède le plus d’atouts pour relever les multiples défis productifs, environnementaux et politiques qui mettent à l’épreuve nos sociétés.

Il faut dire aussi que la « souveraineté alimentaire » – ce droit de chaque peuple à définir ses propres politiques agricoles, alimentaires, énergétiques, économiques… cela sans nuire à des tiers – ne saurait devenir une réalité sans les paysans.

En effet, les populations paysannes détiennent des connaissances fines des milieux qu’elles cultivent et dont elles dépendent sur le long terme. Ce sont aussi des habitants, des citoyens, membres de communautés paysannes envers lesquelles ils ont des responsabilités. Cela les rend bien plus sensibles à l’enjeu de la gestion durable des territoires que des fonds financiers qui visent avant tout le profit à court terme et qui prennent des décisions depuis de lointains centres de pouvoir sans considération des populations locales.

Un système efficace mais menacé par les logiques financières

En outre, l’efficacité agronomique de l’agriculture paysanne a été maintes fois démontrée. Cette efficacité repose sur une logique d’intensification du travail, pourvoyeuse d’emplois et sobre en émission de gaz à effet de serre, qui ne possède pas les effets pervers de l’intensification du recours aux intrants chimiques et aux biotechnologies.

Cependant, en dépit de ses avantages, l’agriculture paysanne est fragilisée par l’absence de politiques publiques en sa faveur et par l’agressivité de certaines logiques financières, de l’agrochimie et des biotechnologies, qui veulent faire de l’agriculture leur affaire.

Dès lors, il est urgent de promouvoir l’agroécologie paysanne, c’est-à-dire des systèmes alimentaires ancrés dans les territoires, démocratiques, et fondés sur l’agriculture paysanne.

C’est le pari du programme TAPSA !

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066