Publié le 25 février 2011

Quatre grandes interrogations tracent les directions de la réflexion du CCFD-Terre Solidaire.

Paris, le 25 février 2011

Au cours de ces 5 décennies, le CCFD-Terre Solidaire a adapté son action en réponse aux situations de pauvreté et d’injustice dans le monde. Bernard Pinaud, délégué général, nous indique les défis sur lesquels l’association se mobilise aujourd’hui afin de proposer des alternatives crédibles, justes et solidaires pour les années à venir.

Dans le contexte actuel, nous retenons plusieurs éléments qui ont un fort impact pour l’avenir de nos sociétés.
La mondialisation, irréversible, doit être davantage régulée, dans un contexte géopolitique multipolaire et d’États-nations qui perdent leur souveraineté face aux acteurs économiques transnationaux. Les peuples et les nations sont de plus en plus interdépendants, et certains ont bien du mal à « vivre ensemble ». La nouvelle richesse économique de pays émergents , rend obsolète l’approche Nord/Sud du développement, alors que la pauvreté ne recule pas pour autant dans de nombreux pays, en particulier en Afrique, et que les inégalités s’accentuent. Enfin un « système monde » qui pour la première fois de son histoire se heurte aux limites de l’écosystème planétaire modifiant ainsi l’approche du développement.

Quatre grandes interrogations tracent les directions de la réflexion que nous menons.
Comment adapter nos modes de vie aux ressources de la planète ? Comment vivre ensemble, dans le respect, dans ce monde où le partage et la solidarité s’imposent de plus en plus comme une nécessité ? Comment donner un pilote à ce bateau mondial ivre, avec une boussole dont le Nord ne serait plus le marché, la finance, le « toujours plus » ? Comment, finalement, remettre au premier plan le sens et la responsabilité de nos actions, individus, collectifs, peuples ?

Tout en restant fidèles à l’utopie et aux fondamentaux, nous nous mobilisons pour inventer une gouvernance au service des peuples.
Tout au long de son histoire, le CCFD-Terre Solidaire, en s’appuyant sur les actions de ses partenaires dans les pays du Sud, a formulé des propositions pour une plus grande solidarité internationale. Ces propositions ont fait leur chemin dans l’opinion et sont aujourd’hui largement prises en compte par les responsables politiques : allègement de la dette des pays du Sud, mise en place de taxes internationales, lutte contre les paradis fiscaux, soutien aux agricultures familiales, etc. Avec les associations qui sont ses partenaires dans les pays du Sud, le CCFD-Terre Solidaire continuera à travailler à la mise en place de projets alternatifs de développement et à l a structuration d’une société civile à l’échelle de la planète.

Pour le CCFD-Terre Solidaire, la régulation des échanges, de l’économie, de la finance doit se faire à partir des droits humains.
Les droits à la santé, à l’éducation, à l’alimentation, au logement, à la liberté d’expression doivent primer sur le droit commercial ou financier, d’où l’importance du renforcement des acteurs collectifs et de la société civile. La finalité de la gouvernance mondiale doit être l’accès de toutes et de tous aux droits humains. C’est notre vision du monde, c’est notre utopie, c’est aussi la base d’un possible contrat social au niveau mondial.

Quatre grandes interrogations, 4 défis majeurs à relever pour construire enfin une planète (pdf)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

Nos rapports