Publié le 12 juin 2013

Sidi : finance solidaire

Appuyer l’inclusion financière des populations exclues des circuits bancaires, pour leur permettre de développer leurs activités économiques. Telle est la mission de la SIDI.

Mots-clés :

La finance comme outil de développement

Filiale du CCFD-Terre Solidaire, la SIDI a été créée en 1983 pour soutenir, via ses organisations partenaires, les projets économiques, initiés localement, des petits artisans, commerçants et paysans des pays du Sud et de l’Est. Les partenaires de la SIDI proposent des services adaptés de microfinance (épargne et crédit), permettant aux populations bénéficiaires d’améliorer, diversifier et sécuriser leurs revenus. En parallèle, la SIDI soutient des organisations paysannes pour augmenter les capacités de transformation et de commercialisation de leur production agricole.

Complémentaire de celle du CCFD-Terre Solidaire, l’action de la SIDI participe donc à la construction d’un système financier au service des exclus, outil essentiel au service du développement.

Une chaine de solidarité en action depuis 30 ans

La SIDI met en œuvre une « Chaine de Solidarité pour le Financement » : grâce à la mobilisation d’épargnants et actionnaires solidaires, en France, elle peut mener durablement ses activités d’investisseur social dans les pays du Sud.

Avec un capital de 15,4 millions d’euros, porté par près de 1800 actionnaires (dont 1500 individuels), la SIDI consolide les ressources de ses partenaires par des financements adaptés et patients. D’autre part, elle renforce leurs capacités par un accompagnement technique, qui est financé par les revenus partagés du fonds « Faim & Développement » souscrit par près de 5000 épargnants solidaires.

Depuis 30 ans, cette chaine de solidarité permet de soutenir durablement plusieurs dizaines de Structures Financières de Proximité à travers le monde, et prouve ainsi que la finance peut se mettre au service du bien commun.

« Nos priorités stratégiques 2013/2016 sont : soutenir les services
financiers de proximité en milieu rural ; participer à l’émergence d’une agriculture durable et rémunératrice ; appuyer les initiatives de finance communautaire pour les exclus des circuits bancaires ; et accompagner nos partenaires dans l’amélioration de leur performance ».
Christian Schmitz, Directeur général de la SIDI

Répartition des investissements de la SIDI

92 partenaires dans 32 pays

En 2012, la SIDI a accordé à ASIENA (Burkina Faso) un prêt de 230 000 €, doublé par un autre de FEFISOL (Fonds solidaire pour l’Afrique, créé et géré par la SIDI), qui lui a permis de refinancer des Mutuelles de Solidarité (MUSO).

Ces cellules locales de finance solidaire permettent à leurs 20 000 membres (réunis en 800 groupes) d’organiser leur solidarité autour d’une caisse d’épargne/crédit autogérée.

www.sidi.fr

Nos projets

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

21 août 2018

Egypte : une pépinière théâtrale au Caire

FDM n°305

Alors que la libre parole se réduit à peau de chagrin depuis la prise de pouvoir du président Sissi en 2013, un centre de formation au (...)

21 août 2018

Des relais solidaires pour les migrants sur la route du retour

FDM n°305

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, Rencontre et Développement est un service social créé dans les années 1970 à Alger par l’Église pour (...)

19 août 2018

« Le Maroc est une salle d’attente »

Malgré une politique d’ouverture à l’égard des migrants au Maroc, leur intégration dans le pays reste très précaire. Interview de Hicham (...)

Nos rapports

PDF