Noël contre la faim

Publié le 12 juin 2013

Les enjeux à l’horizon 2020 sont considérables

Bilan d'activité

Quels ont été les temps forts de l’année 2012 ?

La mobilisation face à la crise alimentaire au Sahel et l’explosion de violence dans le nord du Mali, a impliqué toute l’Association. En juillet, j’étais présent à Bamako pour évaluer avec les organisations paysannes maliennes l’aide nécessaire face à une situation alimentaire très tendue et un environnement politique complexe. L’appel d’urgence lancé par le CCFD-Terre Solidaire en mars 2012, pour répondre aux demandes de nos partenaires provenant du Mali, du Niger et de Mauritanie, a permis d’accorder des financements qui ont bénéficié à au moins 65 000 personnes vulnérables. De fait, la mobilisation des organisations paysannes du Sahel, avec les Etats de la région et les organisation internationales, a permis de ne pas basculer dans une situation de famine.

Autre actualité en 2012 : la transition démocratique en Birmanie qui est évidemment une excellente nouvelle, mais ne doit pas occulter la situation de guerre dans l’Etat Kachin. Le CCFD-Terre Solidaire a mobilisé des fonds pour venir en aide aux réfugiés. A cette mobilisation financière s’est ajouté un travail de plaidoyer en direction des autorités françaises pour que les souffrances des populations civiles soient entendues.

Au niveau français, 2012 restera une année de mobilisation citoyenne pendant les élections. Nos revendications en faveur de la solidarité internationale, portées dans le Pacte pour une Terre solidaire, ont connu un écho bien au-delà des cercles d’initiés. L’énorme mobilisation des bénévoles du CCFD-Terre Solidaire a permis de convaincre des candidats de tous bords politiques, sur la lutte contre l’évasion fiscale ou encore la responsabilité sociale des multinationales. Résultat : 305 candidats se sont engagés (dont 75 finalement élus) sur des mesures dont le récent débat sur les paradis fiscaux, a rappelé la grande pertinence. Cinq candidats à l’élection présidentielle, dont François Hollande, ont également validé des propositions. Ce qui nous permet aujourd’hui de rappeler aux députés et au président de la République leurs engagements.

2012, c’est la conclusion du rapport d’orientation 2008-2012. Quel est le bilan de ces quatre dernières années ?

Au cours de cette période, on a vu l’affirmation du plaidoyer du CCFD-Terre Solidaire. La campagne Aidons l’argent à quitter les paradis fiscaux, lancée en 2010, est symbolique de cette montée en puissance d’une expression forte de notre Association sur des sujets de régulation économique.

S’attaquer aux paradis fiscaux, c’est donner les moyens aux pays du Sud d’investir dans le développement. Le réseau des bénévoles intègre cette nouvelle dimension de l’action : faire changer les politiques ici pour faire reculer la misère là-bas.

En ce qui concerne nos stratégies de financement de projets, l’association a répondu aux recommandations du Rapport d’orientation qui prévoyait que 80 % de ses appuis bénéficient directement aux populations les plus vulnérables. Cela témoigne de notre effort constant de maintenir notre aide vers les plus pauvres, notamment sur les territoires où la sécurité alimentaire est fragile. C’est aussi respecter notre mission, liée à l’option préférentielle pour les pauvres.

Autre orientation réussie, celle qui nous appelait à renforcer les initiatives des bénévoles en matière d’éducation au développement : en Bourgogne Franche-Comté et Alsace-Lorraine, les adhérents travaillent directement avec des organisations partenaires sur le droit à la terre et l’égalité entre hommes et femmes.

Tout cela a permis au CCFD-Terre Solidaire de rester la première association française de développement et de renforcer sa notoriété autant dans l’espace public que vis-à-vis des décideurs.

Le CCFD-Terre Solidaire est en train d’écrire son prochain rapport d’orientation. Comment bien se préparer aux défis de la solidarité internationale à l’horizon 2020 ?

En premier lieu, nous avons réalisé un bilan du rapport précédent afin de bien repérer ce qui avait marché et ce qui ne l’avait pas, mais nous avons également souhaité nous projeter dans l’avenir. Un travail de réflexion prospective à 20 ans nous a permis d’envisager des inflexions plus novatrices.

Cette réflexion portée dans un premier temps par un groupe d’une trentaine de personnes très diverses, a été prolongée lors d’un Forum avec plus de 300 acteurs de l’Association. On s’est donné les moyens de réfléchir à l’avenir du monde, notamment des enjeux de développement. Tous les niveaux de l’Association ont ensuite participé de cette dynamique dans la construction du prochain Rapport d’orientation 2014-2020.

Dans une France en crise et un monde en bouleversement, comment le CCFD-Terre Solidaire peut-il porter la voix de la solidarité internationale ?

Soyons honnêtes, les enjeux de solidarité internationale sont de plus en plus difficiles à faire entendre dans un contexte français marqué par le chômage et la précarité. En 2012, nous avons vu fléchir les dons privés.

Il nous faut mieux expliquer comment les injustices sont certes d’ampleur différente au Nord et au Sud, mais qu’elles découlent des même causes. Notre enjeu est de dire à temps et à contretemps que les solutions sont globales.

La crise qui touche nos donateurs nous invite également à mener une politique ambitieuse de diversification de nos ressources. Le CCFD-Terre Solidaire est en position de faire appel au mécénat, aux fondations d’entreprises, voire, peut-être, de créer une fondation.

Rappelons que les enjeux sont considérables. 870 millions de personnes souffrent de malnutrition. Et, avec 9 milliards d’humains en 2050, tout reste à construire pour garantir que la lutte contre la faim avance et permettre de nous libérer de ce fléau. Avec nos organisations partenaires, nous sommes capables de faire avancer ce combat. Des défis que le CCFD-Terre Solidaire ne manquera pas de relever à leurs côtés.

Bernard Pinaud Délégué généralBernard Pinaud
Délégué général

  • Directeur international de Fondacio de 1983 à 1991, délégué général du Centre de recherche et d’information pour le développement – CRID de 2002 à 2007.
  • Responsable du service Amérique latine du CCFD-Terre Solidaire et chargé de mission Caraïbes, Amérique centrale et pays andins (de 1992 à 1998), puis directeur des études et du plaidoyer (de 1999 à 2001) et enfin directeur de la vie associative de 2007 à 2010.
  • Délégué général du CCFD-Terre Solidaire depuis 2010.

Nos projets

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

1er décembre 2017

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

S’informer

12 janvier 2018

Les enjeux de la visite du pape au Pérou et en Amazonie

Du 18 au 21 janvier 2018, le pape François se rendra au Pérou. Une visite importante dans ce pays très inégalitaire, qui a aussi donné (...)

11 janvier 2018

#Soldes2018 : au Cambodge, les droits aussi sont soldés

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Alors que les soldes démarrent en France, au Cambodge, ce sont les droits des ouvrières du textile qui sont soldés ! Pour attirer les (...)

5 janvier 2018

Edito : La paix demeure l’espérance de millions de Colombiens

302 - Novembre-Décembre

L’espoir de voir la paix s’installer demeure, malgré d’énormes freins au processus. Dans les zones délaissées par les anciens guérilleros (...)

Nos rapports

PDF