Codéveloppement

Publié le 20.02.2007

La notion de co-développement est apparue en France au-début des années 1990, pour théoriser et promouvoir le rôle des organisations traditionnellement formées par les migrants des pays d’Afrique (Maroc, Mali…) pour mobiliser des moyens en faveur de leur région d’origine, et qui se sont vus reconnaître le rôle d’acteurs de développement.


Le co-développement repose sur la capacité des migrants à circuler, à maitriser à la fois le contexte de leur pays d’origine et les possibilités d’accéder aux ressources de leur pays d’accueil.
Il implique donc
• les associations de migrants aujourd’hui désignées par la catégorie d’OSIM (les organisations de solidarité issues de l’immigration), qui aspirent parfois à jouer un rôle de transformation sociale de leur société d’origine ;

• les organisations du village, de la région, du pays d’origine pour orienter les ressources vers les besoins de développement ;

• les collectivités territoriales des pays de départ qui souhaitent contribuer à la définiion des objectifs de développement portées par les associations de migrants ;

• les associations du pays d’accueil capables de fournir un appui en termes de financements, de formation, de renforcement des capacités d’organisation, de formalisation d’un projet de développement ;

• les collectivités territoriales et les pouvoirs publics du pays d’accueil engagés dans cette forme de «jumelage» solidaire ;

• enfin, les institutions du pays d’accueil. Pour ces dernières, il existe la tentation récurrente d’utiliser le co-développement comme instrument de régulation des flux migratoires.

On comprend donc que la démarche de co-développement puisse susciter des tensions, voire des contradictions fondamentales entre ses différents agents.

L’expérience montre en tout cas que le co-développement ne remplace pas l’émigration. Il est illusoire de penser qu’il suffit de financer des projets au bénéfice des migrants, ou des candidats à l’émigration, pour tarir ou inverser les flux migratoires. Même s’il est fondamental d’offrir de leur alternative crédible, les facteurs qui favorisent la migratoire sont bien plus nombreux.

La migration favorise le développement et le développement stimule la mobilité.

Il est donc d’autant moins acceptable que le développement serve à « compenser » une politique anti-migratoire et répressive.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne