©Clémentine Méténier/CCFD-Terre Solidaire
Côte d'Ivoire, Paix et vivre ensemble, Podcast

Côte d’Ivoire : le cacao de la discorde

Publié le 08.04.2022| Mis à jour le 01.07.2022

Alors que les traditionnels chocolats de Pâques sont dans les rayons Emilie Leroux, chargée de mission Afrique, nous emmène en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao. Dans ce pays où la terre se fait rare la culture du cacao alimente de nombreux conflits fonciers.

©Clémentine Méténier/CCFD-Terre Solidaire
©Clémentine Méténier/CCFD-Terre Solidaire

Le cacao, fleuron de l’économie ivoirienne

La Côte d’Ivoire a basé son développement économique sur l’agriculture et notamment sur des cultures d’exportation. Cette stratégie semble avoir porté ses fruits puisque la Côte d’Ivoire est le premier producteur avec 40% de la production mondiale de cacao. Beaucoup de Français risquent donc d’en consommer très prochainement.

Si la Côte d’Ivoire a réussi à atteindre cette performance, c’est aussi au détriment de son environnement : 90% des forêts ont été détruites en 50 ans et remplacées par du cacao.  

40%

de la production mondiale de cacao

90%

des forêts remplacées par des cacaoyers

Une culture à l’origine de conflits fonciers

Aujourd’hui, les plantations ont vieilli et les sols se sont dégradés. Une solution serait de replanter ailleurs, mais il n’y a plus de nouvelles terres à défricher. En plus, la démographie est galopante donc la pression sur le foncier est forte. En quelques décennies, la terre est devenue l’objet de toutes les convoitises et de très nombreux conflits.

Le cacao s’est développé grâce à l’arrivée de nombreux migrants, notamment du Burkina Faso et du Mali qui, à l’époque, se sont vu confier des terres de façon orale. Plusieurs générations après ces contrats oraux sont remis en question par des autochtones. Mais qui peut savoir ce que les anciens se sont dit il y a 50 ou 60 ans ! La situation est donc très complexe.
Par ailleurs, au niveau local les communautés continuent d’appliquer des règles coutumières elles aussi orales.

ASAPSU accompagne les communautés pour régler ces conflits

Notre partenaire ASAPSU expérimente une approche innovante : il accompagne les communautés villageoises dans la clarification et la renégociation des règles de gestion des terres.

Les populations se réunissent et redéfinissent collectivement les conditions d’accès à la terre. Ces nouvelles règles sont ensuite formalisées à l’écrit. Ainsi, chacun sait à quoi s’en tenir et cela permet de prévenir et d’anticiper les frustrations et les conflits.

Ce travail d’ASAPSU est une très belle réussite puisque les autorités locales comme les populations voisines réclament son accompagnement. On voit donc que si on se donne le temps d’impliquer les communautés et de les écouter, il est possible de transformer le foncier en un levier de cohésion sociale.

Aller plus loin :

Côte d’Ivoire : un travail de terrain pour désamorcer les conflits autour du foncier

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne