La sève ou la fleur ?

Publié le 14.04.2014

Dans la campagne et dans les jardins, le printemps a renouvelé les paysages. Qu’en est-il des évènements qui, de la Tunisie à l’Ukraine, se sont parés du beau nom de « Printemps » ? Si la sève a réveillé les cœurs, les fleurs ne sont pas toujours au rendez-vous.

Un flot d’élans de vie me nourrit. Je rejoins le cri d’Albert Camus submergé par la force de vie que lui procurait la nature à Tipasa (Algérie) : « Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible. »

Invincible l’élan du courage et de l’inventivité des divers groupes de la société civile qui osent s’élever contre la dictature, l’injustice économique humiliante, ou le prêt-à-penser anesthésiant.

Amis, amies de Tunisie, Syrie, Égypte, Ukraine, et vous qui luttez contre les accaparements de terre, la mort des enfants du fait de la famine, l’asservissement de la nature au dieu profit…, en incarnant les mots de dignité, responsabilité, liberté, justice, vous me donnez de l’élan !

Invincible l’élan évangélique que le pape François (je l’ai rencontré, au nom du CCFD-Terre Solidaire, en janvier) transmet au monde entier. Il invite l’Église catholique à accueillir la joie du renouvellement et du don de l’Amour.

Invincibles les forces que nous ont fait partager les quarante partenaires venus des pays du Sud. Ils ont pris le risque de témoigner de leurs joies et de leurs peines en appelant chacun au partage, non seulement de l’argent mais aussi de l’espérance.

Invincible l’élan de celles et ceux, qui à l’occasion des échéances électorales osent, à travers des projets sociaux, politiques, environnementaux ou économiques, remettre la personne au cœur de l’avenir municipal ou européen.

La sève est là, mais discrète, nous ne la voyons pas. Sans doute parce que nous nous sommes habitués au retour du printemps, oubliant qu’il y a là un miracle à protéger contre les activités destructrices de nos sociétés. Nous oublions le message de la sève, des élans de vie parce la fleur n’est pas au rendez-vous. La déception devant l’échec, parfois la souffrance devant l’inutilité apparente du sacrifice, nous font omettre de célébrer les forces vitales si présentes autour de nous.

Quelle fleur cherchons-nous ? Évidemment celle de l’efficacité dans nos actions contre les causes structurelles de la faim et du mal-développement, comme nous le rappelle le bel élan du Rapport d’orientation 2014-2020, dont s’est doté le CCFD-Terre Solidaire[[(voir page 33)]].

Les échecs nous meurtrissent légitimement. Cependant, tous ces élans de vie produisent la fleur la plus précieuse : la solitude des victimes est brisée par nos alliances. Le fruit de nombreuses actions a pour nom le goût de la fraternité retrouvée. Tel est pour moi le message de Pâques : tu n’es plus seul ! Au cœur des hivers de l’existence, l’amour nous conduit au printemps de la vie.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne