L’Amazonie, une priorité pour le CCFD-Terre Solidaire

Publié le 07.10.2022| Mis à jour le 19.10.2022

Rencontre avec Nicolas Gravier, responsable du service Amérique latine – Caraibes à la Direction des partenariats internationaux au CCFD-Terre Solidaire. Il explique le sens de la participation de l’association, aux côtés de ses partenaires au Forum social panamazonien.

Échos du monde : Pourquoi était-ce important d’être présent à ce 10ème Forum social panamazonien?

Nicolas Gravier : L’Amazonie est une priorité du CCFD-Terre Solidaire dans le cadre de sa stratégie pour l’Amérique latine, notamment pour dénoncer les pratiques extractivistes des multinationales et encourager les alternatives agroécologiques. La situation est particulièrement préoccupante, que ce soit en matière de déforestation ou de pratiques des multinationales (extraction minière et hydrocarbures). Ces grandes entreprises, guidées par la rentabilité, ignorent l’impact de leurs activités sur la santé des populations et sur la biodiversité. Sans compter les menaces auxquelles sont confrontés ceux et celles qui la défendent. Nous voulons contribuer à la construction du bien-vivre amazonien du point de vue humain, environnemental et spirituel.

Le Fospa est un instrument de suivi et de plaidoyer auprès des États pour exiger une attention et des solutions aux problèmes auxquels font face les populations de cette région.

Quel était le sens de la présence des partenaires ?

Une vingtaine de partenaires du CCFD-Terre Solidaire sont venus de Bolivie, du Brésil, de Colombie, d’Équateur et du Pérou. Leur présence était essentielle vu leur travail d’accompagnement auprès des communautés autochtones pour qu’elles exercent leurs droits et le contrôle de leurs territoires et des ressources naturelles, mais aussi en matière de sensibilisation et de plaidoyer. La plupart d’entre eux ont d’ailleurs facilité la venue de leaders amazoniens pour qu’ils témoignent, notamment sur les expériences d’autonomie autochtone en Bolivie et au Pérou.

Comment le Fospa permet-il de renforcer les dynamiques collectives ?

Il permet de sensibiliser l’opinion publique et de mener un travail de plaidoyer au niveau national et international. Les prochaines discussions au Parlement européen sur le devoir de vigilance seront une opportunité pour faire avancer le cadre légal européen concernant le respect des droits humains et environnementaux des multinationales.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne