ralevapicfr-1.jpg

Madagascar : le militant écologiste Raleva écope de deux ans de prison avec sursis

Publié le 12.10.2017| Mis à jour le 02.01.2022

M. Raleva, défenseur des droits environnementaux à Madagascar, a été condamné le 26 octobre 2017 à deux ans de prison avec sursis. Son tort : s’être opposé à un projet illégal d’exploitation aurifère.


Le 26 octobre 2017, le tribunal de Mananjary à Madagascar, a condamné le défenseur de l’environnement et militant des droits humains Raleva à deux ans d’emprisonnement avec sursis. Il a été remis en liberté après 25 jours de détention provisoire.

Aussitôt, un groupe d’organisations de défense des droits humains et de la société civile comprenant le CCFD-Terre Solidaire, Amnesty International, Civicus, CRAAD-OI (Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement – Océan Indien, organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire), le Collectif TANY et Front Line Defenders, a dénoncé cette condamnation.

Les ONG ont souligné dans une déclaration conjointe:


Les deux ans d’emprisonnement avec sursis prononcés contre Raleva sont conformes à la tendance que l’on observe d’un système judiciaire utilisé par les autorités pour réduire au silence les défenseurs des droits humains et les empêcher de faire leur travail.

Cet homme est sanctionné pour avoir dénoncé les activités d’une société minière à Madagascar, qui seraient illicites. Cette peine avec sursis doit être immédiatement annulée, et le casier judiciaire de Raleva ne doit présenter aucune condamnation liée à ses activités pacifiques de militant des droits humains.

ralevapicfr-1.jpg

Séquestré dans la nuit du 27 septembre 2017, M. Raleva avait eu l’audace de solliciter des papiers administratifs au sujet d’une exploitation aurifère illégale. Après cinq jours de garde à vue, il avait été mis en prison le 3 octobre en attente de son procès.

Le CCFD-Terre Solidaire s’était alors allié aux organisations de la société civile qui réclamaient :

  • la libération immédiate de M. Raleva
  • le droit d’expression et la sécurité des personnes qui soutiennent M. Raleva
  • le droit d’expression et la sécurité de tous ceux qui défendent les communautés concernées par l’exploitation aurifère illégale menée par les opérateurs chinois.

M. Raleva est membre du groupe Justice et Paix et de l’antenne régionale de l’Observatoire indépendant des droits économiques, sociaux et culturels à Madagascar (OIDESCM). Cet observatoire est coordonné par le Centre de recherches et d’appui pour les alternatives de développement – Océan Indien (CRAAD-OI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire.

Depuis 2016, le CRAAD-OI et ses partenaires dénoncent :

  • les violations de la loi et des droits humains fondamentaux des communautés riveraines
  • l’impunité accordée aux opérateurs du projet d’exploitation aurifère chinois dans les communes de Vohilava et d’Ambaladara du district de Mananjary dans la région Vatovavy Fitovinany.

Pour en savoir plus :

Vous aussi, partagez cette information en signe de solidarité!

Documents joints

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne