©Eric Garault/CCFD-Terre Solidaire

©Eric Garault/CCFD-Terre Solidaire

One Forest Summit au Gabon : une foire au greenwashing sponsorisée par la France ? 

Publié le 27.02.2023

Les 1er et 2 mars, sous l’égide d’Emmanuel Macron et d’Ali Bongo, se tiendra à Libreville, au Gabon, le One Forest Summit. Cette initiative a été portée par les présidents français et gabonais lors de la COP 27 pour mobiliser la communauté internationale, le monde scientifique, la société civile et le secteur privé sur l’enjeu de la préservation de forêts tropicales.  

Le CCFD- Terre Solidaire s’inquiète que le sommet serve avant tout de foire au greenwashing pour des entreprises privées soucieuses de se donner une image verte en promouvant des dispositifs ayant potentiellement des impacts négatifs sur le climat, la biodiversité et les droits humains, en total opposition avec les ambitions affichées de protection et promotion de la biodiversité.  

Une promotion de fausses solutions ?

Ce Sommet vise en effet à développer des sources de financement “innovantes” pour la protection des forêts tropicales, notamment via l’achat par des entreprises de crédits carbone issus de projets REDD+ (de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts). Pourtant, la valeur ajoutée pour le climat et la biodiversité des projets REDD+ est très controversée alors que leur impact sur les droits humains des communautés locales est bien réel. 

“Trop souvent ces projets posent une série de problèmes. Ils surestiment la quantité de carbone séquestrée, ils manquent d’additionalité* ou leurs bénéfices climatiques sont annulés en raison d’événements tels que les incendies de forêt. En plus de leurs insuffisances d’un point de vue climatique, les projets REDD+ peuvent également porter atteinte aux droits des communautés locales et des peuples autochtones, qui vivent ou dépendent de ces zones forestières” précise Myrto Tilianaki, chargée de plaidoyer climat au CCFD-Terre Solidaire.  

Des entreprises fortement émettrices peuvent ainsi utiliser des crédits carbone issus des projets REDD+ pour prétendre compenser leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). “Non seulement le recours à ces dispositifs se fait au détriment d’un engagement efficace à réduire les émissions à la source mais, en plus, la plupart des crédits utilisés ne représentent pas des réductions réelles de leurs émissions” ajoute Myrto Tilianaki

Des communautés locales ignorées ? 

Le manque de participation des sociétés civiles locales dans le sommet est un autre élément de préoccupation et de risque d’une foire au greenwashing. Sans l’implication des acteurs des sociétés civiles des pays concernés, le One Forest Summit risque de perdre l’occasion, avant même de s’ouvrir, de promouvoir une approche inclusive dans la nécessaire protection des forêts tropicales. Le sommet risque de se limiter à des discussions entre autorités publiques et représentant.e.s du secteur privé, sans considération pour les communautés locales et les populations autochtones, qui jouent un rôle central dans la protection des forêts selon le GIEC. Il est essentiel que ces communautés soient pleinement impliquées dans l’élaboration des stratégies de protection des forêts tropicales et qu’elles puissent bénéficier directement de leurs avantages 

“Les États ne peuvent pas déléguer l’essentiel des efforts pour protéger les forêts tropicales au secteur privé. Ils doivent agir avant tout pour réduire drastiquement et immédiatement leurs émissions de GES et mettre en œuvre des garde-fous pour garantir la protection des écosystèmes et les droits des communautés les plus vulnérables. Le recours aux marchés des crédits carbone risque de devenir un outil de greenwashing pour des acteurs fortement émetteurs car ça leur permet de détourner  de ces objectifs prioritaires.” conclut Myrto Tilianaki.

Pour en savoir plus : 

Notes aux rédactions  

*Manque d’additionalité: les scénarios de référence qui prévoient les taux de déforestation sont largement “optimisés” en prévoyant le pire scénario pour pouvoir ensuite alléguer l’avoir évité 

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Découvrez nos actions pour lutter contre la faim!
Je découvre