Noël contre la faim

Publié le 06.06.2014 • Mis à jour le 21.06.2014

Centrafrique, le CCFD-Terre Solidaire débloque une aide d’urgence

Le CCFD-Terre Solidaire a débloqué une aide d’urgence pour secourir plusieurs centaines de familles de réfugiés peuls centrafricains au Tchad et au Cameroun. Le CCFD-Terre Solidaire soutient également un plaidoyer en faveur de la réconciliation, dans le cadre du « Programme Paix » lancé en 2012 au Tchad, en RCA, au Soudan et au Sud-Soudan. Un important forum de la société civile va se tenir en juin à Bangui, qui permettra de mesurer l’ampleur de la tâche de reconstruction à accomplir.

Une aide d’urgence a été débloquée par le CCFD-Terre Solidaire, à hauteur de 50 000 euros. L’objectif : apporter de la nourriture, des bâches, des moustiquaires imprégnées et des produits de première nécessité à 580 familles de réfugiés centrafricains qui se trouvent au sud du Tchad et à l’est du Cameroun [1].

Ces centaines de familles sont réparties entre quatre camps de réfugiés (Toktoyo au Cameroun, Mbaïbokoum, Bitoye et Bessao au Tchad). Issues de la communauté peule, de religion musulmane, elles ont fui les violences en République de Centrafrique (RCA). Cette assistance humanitaire apportée aux réfugiés peuls s’inscrit dans le « Programme Paix » du CCFD-Terre Solidaire et ACORD lancé dès 2012 en RCA pour renforcer la société civile et répondre aux trois causes profondes du conflit dans ce pays : la compétition sur les ressources naturelles, les tensions identitaires et la mauvaise gouvernance.

La réconciliation, pas encore une priorité
Une réunion s’est tenue le 1er mars à N’Djamena, capitale du Tchad, entre des représentants d’associations peules du Tchad et de RCA en présence du CCFD-Terre Solidaire. Trois décisions ont été prises : La constitution d’une plateforme sous-régionale d’associations peules, qui se réunira pour la première fois mi-juin à Bertoua au Cameroun, une assistance humanitaire aux communautés réfugiées et un Forum des réfugiés centrafricains pour lancer un processus de retour dans leur pays.

Pour lancer le projet d’assistance humanitaire, deux missions d’enquête ont été réalisées par l’AIDSPC (L’Association pour l’Intégration et le Développement Social des Peules de Centrafrique), avec l’appui d’autres partenaires du CCFD-Terre Solidaire au Tchad et au Cameroun, afin d’évaluer les besoins, des réfugiés. Nombre d’entre eux ne reçoivent à ce jour aucune assistance de la part des agences humanitaires internationales.

Selon Bruno Angsthelm, chargé de mission Afrique : « la société civile centrafricaine, ne mesure pas encore bien les conséquences de l’exil des musulmans et en particulier des peules sur la construction d’une paix durable en Centrafrique. Comment imaginer le futur de pays sans débattre du rôle des uns et des autres, même inconscient, dans cette « chasse » aux musulmans ? Comment concevoir des élections alors que toute une partie de la communauté nationale est en exil ? »

Face à ces enjeux, plusieurs actions sont menées dans le cadre du « Programme Paix » du CCFD-Terre Solidaire et ACORD, programme qui a mobilisé 2 millions d’euros en 2013 pour soutenir et renforcer les sociétés civiles à agir pour une paix durable dans quatre pays (Tchad, RCA, Soudan et Soudan du Sud).


Une « société civile globalement très partisane »

En Centrafrique, le Programme Paix soutient un projet de réhabilitation et de renforcement du lien social dans la région de Bossangoa. Un comité de pilotage réunit les autorités et la société civile locale [2]. Un voyage d’échange avec les jeunes leaders associatifs chrétiens et musulmans au Cameroun et au Tchad est prévu début juillet sur entre autre la question du Vivre ensemble.
Le programme a permis la publication du 1er numéro d’un bulletin d’information de la société civile. Voir le deuxième numéro

Un forum de la société civile centrafricaine doit se tenir du 18 au 21 juin à Bangui, pour réfléchir aux actions à venir. « L’objectif consistera à faire une analyse lucide de la situation, en présence d’une société civile globalement très partisane, et d’imaginer ensemble des réponses crédibles », explique Bruno Angsthelm.

L’objectif final pour le CCFD-Terre Solidaire est de voir émerger une société civile plus solidaire et plus ouverte en Centrafrique, pour construire un avenir où la réconciliation ne reste pas un vain mot.

[1Le Centre de Crise du MAE a été sollicité pour renforcer cet appui d’urgence.

[2Financement UE/CCFD

S’informer

1er décembre 2016

Alep : L’ONU doit d’urgence « s’unir pour la paix »

Alors qu’Alep-Est en Syrie pourrait tomber dans les prochains jours et est le théâtre d’une catastrophe humanitaire sans précédent, plus de (...)

30 novembre 2016

Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de la loi

Le 29 novembre 2016, les députés ont adopté en nouvelle lecture, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

30 novembre 2016

Union européenne : l’accord sur les « minerais du conflit » conclu mais insuffisant

Les institutions européennes ont conclu, le 22 novembre 2016 à Bruxelles, les négociations relatives à une législation sur les « minerais (...)

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)