Un avenir sans faim

Publié le 19.06.2012 • Mis à jour le 21.02.2013

Traité sur le commerce des armes : un enjeu pour sauver des vies

Chaque jour, des millions de civils sont les victimes d’une activité non régulée : le commerce des armes. Conflits, insécurité, corruption ; le commerce irresponsable des armes légères et de guerre déstabilise des pays entiers.

Mots-clés :

A partir 2 juillet, au siège des Nations unies, à New York, les Etats vont entamer la négociation du Traité international sur le commerce des armes. En effet, grâce à la mobilisation de citoyens au niveau international, un processus visant à l’adoption d’un tel traité a été enclenché. Mais beaucoup d’Etats et des lobbys bien organisés tentent de saboter cet espoir de paix.

La mobilisation de tous va compter dans cette dernière ligne droite

La France semble disposée à défendre un traité ambitieux malgré sa position de 4eme exportateur d’armement avec 5,12 milliards d’euros de ventes en 2010. Les entreprises françaises d’armement exportent des armes vers certains pays en conflit. Personne ne peut ignorer l’impact négatif de ces transferts d’armes dans des pays où les dirigeants sont suspectés d’être responsables de graves violations des droits de l’Homme, voire de crimes de guerres, comme en Colombie, au Pakistan, en Israël ou au Tchad.

Nous avons besoin de votre soutien pour convaincre les autorités françaises, plus particulièrement le président de la République François Hollande, de défendre avec force aux Nations unies et vis-à-vis de ses partenaires l’opportunité historique de signer un traité international pour sauver des vies.

Plus d’armes = moins de développement

La faiblesse de la régulation des armes entrave le développement : dans des pays très pauvres, les ressources importantes sont investies pour des dépenses d’armes. Par exemple, l’Afrique du Sud en 2011, a déboursé 530 millions de dollars pour rembourser une dette liée à un contrat d’armement qui a pourtant conduit à des condamnations pour corruption. Alors que seulement 425 millions de dollars par an suffiraient à généraliser l’eau gratuite dans tout le pays.

Avec vous, nous allons porter à New York un message fort : la solution aux violations commises à l’encontre de civils passe par l’adoption d’un traité sur le commerce international des armes via "un instrument global et juridiquement contraignant, établissant les normes internationales communes pour l’importation, l’exportation et le transfert d’armes classiques".

Signez la pétition

S’informer

22 juin 2017

Remaniement ministériel : la confusion persiste sur la place accordée à la solidarité internationale

Après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement français, mercredi 21 juin, le CCFD-Terre Solidaire, première ONG française de (...)

7 juin 2017

Guatemala : Le développement ne peut se faire qu’en respectant les droits humains et les droits environnementaux (CP)

Le 9 juin 2017, Jimmy Morales, président de la République du Guatemala, participera au Forum économique international sur l’Amérique (...)

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

Nos projets

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

26 avril 2017

Crise alimentaire au Burundi, les partenaires se mobilisent

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire attirent notre attention sur la situation d’un nombre croissant de Burundais confrontés à une (...)