Publié le 1er janvier 2009

Appel à la fin de l’opération militaire israëlienne dans la Bande de Gaza

Le CCFD-Terre solidaire lance un appel à la solidarité avec les populations de la Bande de Gaza. Il demande la fin de l’opération militaire israélienne et la levée du siège de la Bande de Gaza.

Le CCFD-Terre solidaire est présent depuis 1978 en Palestine et 1983 en Israël où il soutient des activités d’éducation, de développement agricole et local, et de promotion des droits de l’homme. Il travaille avec treize associations palestiniennes et sept associations israéliennes œuvrant pour la construction de la paix dans les deux pays.

A ce titre, le CCFD-Terre solidaire possède une connaissance importante de la situation concrète des peuples palestiniens et israéliens en matière de défense des droits humains et de la recherche de la paix pour un développement durable.

Face à l’urgence de la situation, le CCFD-Terre solidaire lance un appel à la générosité publique. Actuellement, plusieurs partenaires palestiniens du CCFD-Terre solidaire, dont l’Union de secours médical palestinien (PMRS), se mobilisent pour venir en aide aux victimes des bombardements dans la Bande de Gaza. Ils doivent survenir aux soins de première urgence des populations touchées par les bombardements : mise à disposition d’ambulances et de soins de premières nécessités 24 heures sur 24, fourniture de couvertures, de nourriture et de locaux pour faire face aux conditions hivernales, réhabilitation des maisons démolies, soutien psychologique. Le CCFD-Terre solidaire a d’ores et déjà décidé de verser 30 000 Euros en urgence à PMRS.

Dans un second temps, il s’agira d’œuvrer dans la durée
par des actions en faveur du développement de la Bande de Gaza.

Par ailleurs, le CCFD-Terre solidaire réaffirme que le règlement du conflit israélo-palestinien doit passer par la mise en œuvre d’une voie négociée par la Communauté internationale sur la base de l’application du droit international.

Se joignant à ses partenaires palestiniens et israéliens, le CCFD-Terre solidaire demande aujourd’hui au gouvernement français de faire pression sur Israël pour :

  • un arrêt des opérations militaires israéliennes et un cessez le feu immédiat,
  • un accès à la Bande de Gaza pour TOUTE aide humanitaire,
  • la levée permanente du siège de la Bande de Gaza et des entraves à la liberté de circulation pour les personnes et les biens de et vers la Bande de Gaza.


Pour soutenir les victimes de guerre, on peut adresser les dons à :
CCFD-Terre solidaire /Urgence Proche-Orient - 4 rue Jean Lantier - 75001 PARIS
Ou faire un don en ligne sur www.ccfd.asso.fr


Contact : Véronique de La Martinière - Tél : 01 44 82 80 64

v.delamartiniere@ccfd.asso.fr

 

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

4 août 2016

Retour sur le 7ème Forum social mondial des migrations

Après Johannesburg en Afrique du Sud, en 2014, c’est à Sao Paulo, capitale économique du Brésil, qu’a eu lieu le 7ème Forum social mondial (...)

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)

15 juin 2016 RNSCM

Nicaragua : Sheila Reyes, au plus près des migrantes

Dans un pays étranglé depuis des années par la crise économique, de nombreux Nicaraguayens ne trouvent d’issue à leur situation personnelle (...)