Un avenir sans faim

Publié le 27.05.2015 • Mis à jour le 14.10.2015

Vive inquiétude après l’enlèvement du père Mourad en Syrie

Actualisation : Cinq mois après son enlèvement par Daech dans son monastère de Mar Elian en Syrie, le père Jacques Mourad a retrouvé la liberté le 9 octobre 2015 ! C'est un grand moment de soulagement et de joie pour le CCFD-Terre Solidaire, qui soutient depuis longtemps cette communauté incarnant la solidarité et dialogue islamo-chrétien en Syrie. Nos pensées se tournent vers toutes les autres personnes enlevées, et notamment vers le père Paolo dall'Oglio, fondateur de la communauté, dont nous sommes sans nouvelles depuis son enlèvement le 30 juillet 2013

Nous avons appris avec une grande tristesse l’enlèvement du père Jacques Mourad, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, vendredi 22 mai en début d’après-midi, dans son monastère de Mar Elian, à Qaryatayn en Syrie. Sa communauté appelle à prier pour lui

Depuis le début de la guerre, le père Jacques Mourad s’est battu pour continuer à faire vivre le monastère syro-catholique de Mar Elian (Saint Julien l’Ancien), jumeau du monastère de Mar Moussa, situé à une cinquantaine de kilomètres.

Par leurs activités agricoles autour de la culture des abricotiers, vignes, amandiers, herbes aromatiques, les deux monastères fournissent du travail aux populations locales, les aident à survivre et à pouvoir rester chez elles.
Dans l’esprit de la communauté favorisant le dialogue interreligieux, le père Mourad s’est attaché à mettre le monastère de Mar Elian au service de toute la population, chrétienne et musulmane, et en particulier dans l’accueil des déplacés.
Entre novembre 2013 et février 2014, plus de 4000 personnes originaires de Qaryatayn et des villages alentour, sont venues trouver refuge la nuit au monastère. Une cinquantaine de familles avec une centaine d’enfants sont aussi restées en permanence pendant trois mois : « Ils dormaient dans la bibliothèque, le salon, partout où il y avait un peu de place raconte le le père Jihad, basé au monastère de Mar Moussa, qui lui rendait souvent visite et travaillait avec lui. Des jumeaux sont mêmes nés au monastère.
Les deux prêtres avaient sollicité le CCFD-Terre Solidaire pour un soutien d’urgence permettant la distribution aux familles les plus défavorisées de paniers alimentaires, de fuel pour se chauffer et de médicaments pour se soigner. Les monastères finançent aussi la rénovation de maisons détruites par la guerre.

Le père Jacques Mourad s’est impliqué à plusieurs reprises pour négocier la libération d’otages entre les différentes factions. « Il faisait le trait d’union entre l’Etat et l’opposition. C’était un pont entre les personnes » explique le père Jihad.

Le monastère de Mar Elian, sur la route de Homs, n’est situé qu’à une centaine de kilomètres de Palmyre, tombée la semaine dernière aux mains de l’organisation de l’Etat islamique (EI). Le père Jacques Mourad s’attendait à un nouvel afflux de réfugiés. Il venait de faire construire une citerne et agrandir plusieurs pièces du monastère pour pouvoir accueillir plus de monde.

Quelques jours avant son enlèvement, le père Jacques Mourad était à Alep. Il avait envoyé un mail au CCFD-Terre solidaire dans lequel il exprimait sa souffrance face aux horreurs subies par la population locale, et appelait à prier pour eux. Il disait regretter que le monde reste hors de ce qui se passe en Syrie. Lorsque la question de partir lui avait été posée, le père Jacques Mourad avait répondu « On ne quittera pas notre terre, sauf si on nous chasse. Si les gens restent, je reste avec eux » disait-il.

Un autre chrétien originaire d’Alep, qui se trouvait avec lui pour l’aider, a également été enlevé, probablement par des hommes de l’Etat islamique. La nouvelle de ces enlèvements est très dure pour la population locale de Qaryatayn et pour la communauté des deux monastères Al Khalil, fondée par le père jésuite italien Paolo Dall’Oglio, dont on est aussi sans nouvelle depuis sa disparition il y a maintenant deux ans.

Suite à nos sollicitations pour savoir comment les soutenir, le père Jihad, du monastère de Mar Moussa, voit dans la prière le meilleur soutien possible. Lui-même a décidé qu’il resterait « tant que cela aura un sens ». Le Patriarche d’Antioche des syro-catholiques, S.B. Ignace Youssef III Younan, a également lancé un appel pressant à la prière et au jeune.

Messe de Pâques à Mar Moussa

Pour en savoir plus :
Voir l’article sur les deux monastères de Mar Moussa et Mar Elian

S’informer

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)

7 juillet 2017

Palestine : Hébron reconnu patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco le 7 juillet 2017

Anwar Abu Eisheh est le président de l’association Hébron-France, association partenaire du CCFD-Terre Solidaire. Il est aussi l’un des (...)

9 juin 2017

Crise oubliée : la guerre fait rage dans le nord de la Birmanie dans les Etats Kachin et Nord Shan depuis six ans (CP)

Six ans après la reprise du conflit dans l’État Kachin (le 9 juin 2011), nos organisations se solidarisent avec le peuple Kachin pour (...)

Nos projets

2 juin 2017

En Palestine, soigner une société traumatisée

Cinquante ans après la conquête par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la Bande de Gaza, et près d’un quart de siècle après (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)