Un avenir sans faim

Publié le 01.03.2013 • Mis à jour le 15.03.2013

Bilan des Assises du développement et de la solidarité internationale

Des avancées mais d'importantes lacunes

Les Assises du développement et de la solidarité internationale, lancées en octobre dernier par le ministre du Développement Pascal Canfin, se sont achevées aujourd’hui, vendredi 1er mars 2013, avec un discours du président de la République.

François Hollande a annoncé, comme cela était attendu, l’élaboration d’une loi de programmation et d’orientation sur la politique française de développement et la mise en place d’un Conseil national du développement et de la solidarité internationale - espace pérenne de concertation entre pouvoirs publics et acteurs non gouvernementaux sur les enjeux de développement.

« Il s’agit d’une première étape bienvenue. Mais il faudra être attentifs à sa déclinaison opérationnelle, pour avancer vers un vrai débat démocratique sur ces enjeux et un dispositif ambitieux de dialogue et de réflexion stratégique interministériel et avec la société civile », estime Bernard Pinaud, délégué général du CCFD-Terre Solidaire, 1ère ONG française de développement, et administrateur de Coordination SUD.

Pendant les Assises, les situations d’incohérence entre les objectifs de développement et les choix de nos Etats en matière économique, financière, énergétique, commerciale, ont été largement débattues : flux financiers illicites et évasion fiscale qui siphonnent les ressources des pays en développement, impacts des activités des multinationales sur les populations vulnérables des pays du Sud, développement de la filière d’agrocarburants industriels qui pèse sur les agricultures familiales de ces pays et la sécurité alimentaire mondiale, changement climatique qui affecte en premier lieu les populations rurales des pays du Sud qui n’en sont pas responsables.

« Le CCFD-Terre Solidaire regrette que ce principe de cohérence de l’ensemble de nos politiques publiques pour le développement n’ait pas eu la place qu’il méritait dans le discours du président de la République. Il faut pourtant avancer concrètement pour mettre fin à ces situations d’incohérence, en privilégiant une approche basée sur le respect des droits humains, et mettre en place un dispositif institutionnel structuré pour éviter d’en laisser de nouvelles se développer », précise Bernard Pinaud, qui a animé la participation des ONG au chantier des Assises sur ce sujet.

Par ailleurs, nous regrettons que nos recommandations sur la nécessaire rénovation de la politique française d’aide au développement et la nécessaire exemplarité de l’Etat et de ses opérateurs en matière d’utilisation des fonds publics dédiés au développement n’aient trouvé qu’un faible écho dans le discours du Président. Nous espérions des engagements forts :

  • encadrement du recours, au nom du développement, à des intermédiaires financiers ou à des investisseurs privés qui répondent à une logique différente de rentabilité économique. Nous regrettons notamment que la question du partenariat public-privé ait été largement mise en avant, sans que rien ou très peu ne soit dit sur la nécessité d’encadrer les activités des entreprises et s’assurer que leurs impacts négatifs ne coûtent pas plus cher à la société que la richesse qu’ils produisent ;
  • rupture avec les pratiques malsaines de l’Aide publique au développement française (aide liée aux intérêts commerciaux des entreprises françaises, politique de prêts irresponsable aux pays en développement, etc).

Et cela renvoie plus globalement à la question de la vision du développement : « La réalisation d’objectifs de développement ne peut être déléguée au seul secteur privé ; il faut au contraire relégitimer l’action publique, réaffirmer la responsabilité collective des Etats pour la défense des biens communs, avancer sur les enjeux de régulation des acteurs économiques mondialisés et inscrire l’action de développement dans un objectif ambitieux de transition écologique, économique, sociale et démocratique globale », conclut Bernard Pinaud.

Plus d’informations

Contact : Karine Appy, 06 66 12 33 02, 01 44 82 80 67

S’informer

21 février 2017

Présidentielle 2017 : L’aide publique au développement en 3 questions

La France doit augmenter le financement de son aide publique au développement (APD). C’est le constat de Coordination Sud, la plateforme (...)

21 septembre 2016

FSM 2016 : expérience réussie pour la délégation du CCFD-Terre Solidaire

Du 9 au 14 août 2016, le CCFD-Terre Solidaire a rassemblé 130 personnes, dont une grande majorité de jeunes, en amont et pendant le Forum (...)

29 juillet 2016

Un reportage BD sur le "Bonheur national brut"

Benjamin Flao, scénariste et dessinateur de bande dessinée (BD) a participé au voyage d’étude au Bhoutan organisé par le CCFD-Terre (...)

Nos projets

26 avril 2017

Crise alimentaire au Burundi, les partenaires se mobilisent

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Les partenaires du CCFD-Terre Solidaire attirent notre attention sur la situation d’un nombre croissant de Burundais confrontés à une (...)

19 avril 2017

La famine frappe le Soudan du Sud en pleine guerre civile

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Le 20 février 2017, l’état de famine a été déclaré au Soudan du Sud. Moissons incendiées, champs désertés et routes coupées : la situation ne (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)