Noël contre la faim

Publié le 29.04.2013 • Mis à jour le 14.05.2013

Nouvel effondrement d’un immeuble au Bangladesh

Des étiquettes de la marque Tex (Carrefour) retrouvées sur les lieux du drame. Plusieurs autres entreprises françaises et internationales pourraient être impliquées.

Un nouvel effondrement d’immeuble au Bangladesh (le Rana Plaza) survenu mercredi 24 avril à 9h15 a fait plus de 190 morts et 1200 blessés selon les dernières estimations. Le bâtiment de 8 étages abritait 5 usines d’habillement qui employaient 3122 travailleurs, en majorité des femmes. 142 corps ont déjà été remis aux familles des victimes. Plusieurs survivants resteraient coincés dans les décombres.

Des syndicats et défenseurs des droits des travailleurs ont retrouvé des étiquettes de la marque « Tex » (Carrefour) sur les lieux du drame. Parmi les usines bangladaises qui se trouvaient dans le bâtiment, plusieurs fourniraient des marques françaises, notamment Siplec (Edouard Leclerc), Yves Dorsey et France Denim.i Plusieurs autres marques internationales, comme Mango, C&A et Wallmart seraient également clientes de ces usines.

« Les familles des victimes sont en deuil. Toute la communauté est en état de choc. Elles sont, comme les centaines de blessés, sans ressource et sans soutien suffisant. Les marques qui se fournissaient auprès de ces usines n’ont pas su prévenir un tel drame. Elles doivent prendre leurs responsabilités, en couvrant les frais médicaux d’urgence et en s’engageant à participer à l’indemnisation intégrale des familles des victimes et des travailleurs blessés » déclare Dorothée Kellou, de l’organisation Peuples Solidaires pour le Collectif Ethique sur l’étiquette.

URGENCE : prévenir de nouvelles catastrophes

Ce nouveau drame est le dernier d’une longue série dans l’industrie du textile au Bangladesh. En 2005, l’effondrement de l’usine Spectrum avait fait 64 morts et plus de 80 blessés. En novembre 2012, l’incendie de l’usine de Tazreen a causé la mort de 112 travailleurs et travailleuses. On décomptait 8 morts dans l’incendie de Smart Export en janvier 2013.

Peuples Solidaires et le Collectif Ethique sur l’étiquette appellent les marques à signer l’accord sur la prévention des incendies et la sécurité des bâtiments développé par des syndicats et organisations de défenses des droits des travailleurs bangladais et internationaux. Cet accord prévoit une série de mesures contraignantes pour empêcher ces drames à répétition. Pour l’instant, seuls les marques Tchibo et PVH (Calvin Klein et Tommy Hilfiger) ont accepté de le signer. Les autres continuent de refuser, malgré la situation d’urgence en termes de sécurité dans le secteur de l’industrie du textile au Bangladesh.

Communiqué de presse du Collectif Ethique sur l’étiquette

S’informer

30 novembre 2016

Devoir de vigilance des multinationales : un pas de plus vers l’adoption définitive de la loi

Le 29 novembre 2016, les députés ont adopté en nouvelle lecture, la proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et (...)

30 novembre 2016

Union européenne : l’accord sur les « minerais du conflit » conclu mais insuffisant

Les institutions européennes ont conclu, le 22 novembre 2016 à Bruxelles, les négociations relatives à une législation sur les « minerais (...)

9 novembre 2016

Loi Sapin 2 : ultime occasion manquée pour lutter contre l’évasion fiscale

La Loi Sapin 2 sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, annoncée comme la grande loi (...)

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

2 février 2015 Conférence épiscopale de Madagascar

Un projet de gouvernance minière pour Madagascar

Améliorer la gouvernance dans l’exploitation des mines, gérer les recettes de manière plus transparente et veiller à ce qu’elles servent au (...)