Un avenir sans faim
Du 11 juin au 11 juin 2013

Publié le 10.06.2013 • Mis à jour le 10.06.2013

Happening « CAMAÏEU doit indemniser les victimes ! »

Effondrement du Rana Plaza au Bangladesh : 6 semaines après le drame, les victimes et leurs familles attendent toujours d’être indemnisées

Devant le magasin CAMAÏEU Saint-Lazare

97 rue St Lazare, 75009 PARIS
Métro : St Lazare (lignes 3,9,12,13 et 14)/ RER : Haussmann-St Lazare (ligne E)

L’effondrement le 24 avril dernier de l’immeuble du Rana Plaza qui abritait cinq usines textiles est à la hauteur de la violence de l’accident : plus de 1129 morts et 1650 blessés, dont de nombreux blessés graves ou handicapés à vie. Un mois et demi après le drame, ces milliers de victimes et leurs familles, privées de toute ressource et obligées de s’endetter pour survivre, attendent toujours d’être indemnisées.

Les ONG et syndicats bangladais et internationaux estiment à plus de 54 millions d’euros le montant des indemnisations dues aux victimes du Rana Plaza.

En dépit de la gravité et de l’urgence de la situation, seules sept marques [1], parmi les dizaines qui avaient une production au Rana Plaza, se sont engagées à indemniser les victimes. En France, aucune des marques dont des vêtements ou étiquettes ont été retrouvées dans les décombres n’a à ce jour reconnu sa responsabilité ni accepté de participer au fonds d’indemnisation des victimes.

Camaïeu, dont des étiquettes et un pantalon ont été retrouvés au milieu des gravats par des organisations locales de défense des droits des travailleurs, et filmés par des journalistes, garde le silence face à nos sollicitations répétées.

Le Collectif Ethique sur l’étiquette, Peuples Solidaires et l’intersyndicale CAMAÏEU souhaitent par cette action rappeler la marque à ses responsabilités et exiger qu’elle participe sans délais à la légitime indemnisation des victimes et de leurs familles. La pétition appelant CAMAÏEU à indemniser les victimes, qui a recueilli plus de 236 000 signatures, sera parallèlement adressée à l’enseigne.

Nos organisations dénoncent par cette action la négligence des multinationales européennes donneuses d’ordres, de l’industrie locale et des pouvoirs publics.

[1Primark, El Corte Ingles, Loblaw, PVT, Matalan, Benetton et Premier Clothing

S’informer

24 mars 2017

Devoir de vigilance : le Conseil Constitutionnel valide l’essentiel de la loi

Paris, le 24 mars 2017- Le Conseil constitutionnel a rendu hier sa décision suite à la saisine dont il a fait l’objet concernant la loi (...)

8 mars 2017

Loi sur le devoir de vigilance des multinationales : nos organisations défendent le texte devant le Conseil constitutionnel

ActionAid France-Peuples solidaires, Les Amis de la Terre France, Amnesty International France, le CCFD-Terre Solidaire, le Collectif (...)

2 mars 2017

Le CCFD-Terre Solidaire part en campagne pour les Elections 2017 : Faisons le pari de la solidarité !

Les questions de solidarité internationale et de développement sont rarement les principaux thèmes sur lesquels se bâtit une campagne (...)

Nos projets

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)