Publié le 10 février 2010

Le développement comme vocation

Mondialisation et changements climatiques : que devient l’idée de développement ?

Pour Benoît XVI, reprenant en cela une réflexion amorcée par Paul VI dans Le Développement des Peuples (en 1967), le développement peut être considéré comme une vocation qui demande une vision transcendante de la personne. Dans le dessein de Dieu, chacun de nous est appelé à grandir et à se développer.

S’il y a eu des progrès dans le développement depuis 40 ans, les inégalités ont augmenté et de nombreux déséquilibres demeurent ou se sont aggravés. Surtout, la mondialisation est devenue une réalité incontournable (§ 33). Ce contexte de globalisation ne doit pas faire oublier que le développement commence par la promotion de chaque personne, premier « capital » à sauvegarder. Pour cela, l’espérance chrétienne nous pousse à une fraternité active (§ 34). Elle prend sa source dans la reconnaissance que nous formons tous une seule famille humaine (§ 53). C’est pourquoi il faut orienter la mondialisation vers plus de communion et de partage (§ 42). Le développement consiste à inclure toutes les personnes et tous les peuples dans l’unique famille humaine (§ 54) ; bref, le contraire de l’exclusion et de la solitude, une des pires formes de pauvreté (§ 53).

Outre la mondialisation, l’autre grand changement depuis 40 ans, et particulièrement ces dernières années, est la prise de conscience des limites du modèle de développement basé sur l’accumulation et le gaspillage des ressources. D’où la nécessité de passer à un développement durable, pour sauvegarder la Création. Le pape développe le concept d’écologie humaine (§ 51). Défendre la vie est un engagement indivisible, allant de la nature à l’être humain (§ 51). Il s’agit de « renforcer l’alliance entre l’être humain et l’environnement » (§ 50). C’est pourquoi le pape plaide pour un véritable changement de mentalité et pour l’adoption de « nouveaux styles de vie » (§ 51).

Questions pour un partage

Sommes-nous convaincus que chaque personne est appelée à se développer ?

A l’heure de la mondialisation, comment pouvons-nous traduire concrètement le fait que nous appartenons tous à la même humanité ?

Sommes-nous prêts à adopter de nouveaux styles de vie pour permettre un développement durable, dont pourront bénéficier les générations futures ?

« Le développement intégral de l’homme est d’abord une vocation et suppose donc que tous prennent leurs responsabilités de manière libre et solidaire. » (§ 11).

« La plus grande ressource à mettre en valeur (…) est la ressource humaine : c’est là le véritable capital qu’il faut faire grandir » (§ 58).

« Les projets en vue d’un développement humain intégral ne peuvent ignorer les générations à venir, mais ils doivent se fonder sur la solidarité et sur la justice intergénérationnelle » (§ 48).

Nos projets

26 février 2009 CEAS Commission Episcopale d’Action Sociale

Participation citoyenne pour les droits de l’homme, la démocratie et le développement solidaire du pays

Depuis 41 ans, CEAS, organe de la Conférence Episcopale Péruvienne, s’est mis au service des personnes et groupes vulnérables, de la (...)

S’informer

26 octobre 2015

Appel des évêques des 5 continents aux négociateurs de la Cop 21

L’appel qui suit a été lancé par des Cardinaux, des Patriarches et des Évêques du monde entier représentant les groupements continentaux des (...)

11 septembre 2015

Edito de notre magasine : Laudato Si, un texte fondateur

FDM n°288

Comme le souligne Edgar Morin . : « Cette encyclique est peut-être l’acte I d’un appel pour une nouvelle civilisation. » Explorons ensemble (...)

22 mai 2015

Béatification de Mgr Romero

Il y a 35 ans, le 24 mars 1980, l’archevêque de San Salvador, Mgr Romero était assassiné en pleine messe. Après avoir été reconnu martyr, il (...)