Un avenir sans faim

Publié le 1er mars 2006

L’accès aux ressources, condition pour nourrir l’humanité

L’enjeu de la souveraineté alimentaire

La souveraineté alimentaire est la possibilité pour une communauté humaine de décider librement de la façon dont ses membres se nourrissent. Ce choix est loin d’être possible pour des centaines de millions de personnes sur la planète. La souveraineté alimentaire est, pour cela, devenue l’un des enjeux actuels du développement. Le CCFD a choisi d’en faire un thème d’action prioritaire pendant quatre années, de 2003 à 2007.

Les producteurs familiaux sont les premiers à souffrir de la faim

L’un des leviers pour parvenir à la souveraineté alimentaire est de garantir un accès aux ressources (terre, eau, semences, crédit, mer) pour les petits producteurs familiaux des pays du Sud. Qu’ils soient paysans ou pêcheurs, ils sont les premiers à souffrir de la malnutrition, alors même que leur activité de tous les jours devrait permettre d’offrir à leurs proches de quoi se nourrir. Il est indispensable de les aider à développer cette activité et à en vivre dignement car c’est elle qui peut le mieux contribuer à combattre la faim dans le monde.

Cinq ressources identifiées

- la terre est l’un des biens les plus inégalement répartis de la planète. Elle doit faire l’objet d’un nouveau partage
- les semences sont le premier maillon alimentaire. Or leur droit d’utilisation libre par les paysans est menacé. Les règles en vigueur doivent être changées à leur avantage
- les finances, clé de l’initiative économique, sont d’un accès difficile pour les plus pauvres. Des voies nouvelles pour des prix et des financements adaptés aux petits producteurs doivent être explorées
- l’eau est la condition indispensable à la vie et au développement des populations rurales. L’accès à l’eau potable doit être possible pour tous et la ressource est à préserver en vue de son utilisation par les générations futures
- les ressources halieutiques, c’est-à-dire celles issues du produit de la pêche, nourrissent 200 millions de personnes dans le monde. Les petits pêcheurs doivent bénéficier d’un accès privilégié à ces richesses maritimes qui font aujourd’hui l’objet d’une rude concurrence.

Nos projets

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

S’informer

20 mars 2017

La solidarité internationale absente des débats : interpellons les candidat-e-s sur Twitter

Le débat qui réunira ce soir, sur TF1, les cinq candidat-e-s pour lesquels les intentions de votes dépassent les 10 % sera un moment (...)

17 mars 2017

Accord UE-Turquie : une autre politique migratoire est possible

Face à l’échec des politiques migratoires française et européenne - qui se traduit par les milliers de morts en Mer Méditerranée et les (...)

16 mars 2017

Réaction à la publication du programme de Benoit Hamon sur les enjeux de solidarité internationale

Le candidat à la présidentielle pour le parti socialiste et de ses alliés Benoît Hamon a présenté ce jeudi 16 mars son programme. Action Aid (...)

Nos rapports