Accaparement des terres

L’accaparement des terres recouvre l’achat, la location ou l’occupation de terres agricoles par des multinationales, des banques, des États (via les fonds d’investissements ) ou par des acteurs locaux.
Les communautés paysannes sont ainsi privées de plusieurs millions d’hectares dans de nombreux pays du Sud.
Ces transferts massifs de terres entraînent la destruction en profondeur de la vie des populations concernées et sont une des causes de la faim dans le monde.

Sans terres à cultiver, les populations locales ne peuvent plus se nourrir.

Accaparées par l’Etat, des entreprises agro-alimentaires, de grands propriétaires fonciers en vue de l’exportation, les terres agricoles échappent aux communautés paysannes dont la survie dépend de l’agriculture.

Les cultures locales variées, adaptées aux besoins des populations sont remplacées par des monocultures (soja, palmiers à huile…) à destination du commerce international.

L’accaparement des terres est l’une des causes de la faim dans le monde.

Cet agrobusiness menace à la fois les écosystèmes, fragilise les populations locales, et rend la planète plus vulnérable.

Les changements climatiques risquent d’accroitre l’accaparement des terres

Les terres agricoles représentent un enjeu stratégique dans la lutte contre le changement climatique.

De plus en plus de terres sont ainsi dédiées à la production d’agrocarburant.
Avec les dispositifs de compensation carbone, elles deviennent un élément de négociation dans la politique climatique des Etats.

Les terres risquent de perdre leur vocation première à nourrir les populations.

Lire aussi notre article : La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport)

Rendre aux populations locales leur droit fondamental de vivre dignement de leur terre.

L’accaparement des terres agricoles par une minorité de grands propriétaires fonciers ou industriels met en lumière :

- le manque de prise en compte des droits des communautés locales

- l’absence de règles d’accès au foncier légitimes et partagées par tous.

Les organisations partenaires locales soutenues par le CCFD-Terre Solidaire accompagnent les paysannes et les paysans pour faire respecter leur droit à la terre.

Elles proposent des solutions basées sur le dialogue intercommunautaire et sur la reconnaissance des droits et des devoirs de chacun.

Retrouvez tous nos contenus sur l’accaparement des terres :

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

Les terres, variable d'ajustement des politiques climatiques ? (interview) L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des sols cultivables (...)
6 juillet 2018

Brésil : Le père Amaro, défenseur des sans terres, est libéré !

Brésil : Le père Amaro, défenseur des sans terres, est libéré ! Le père José Amaro Lopes, prêtre et défenseur des droits des sans terres au Brésil, arrêté et incarcéré depuis trois mois, a été libéré le 29 juin 2018, dans (...)
3 juillet 2018

Succès au Pérou : une entreprise renonce à son contrat minier face à la pression citoyenne

Succès au Pérou : une entreprise renonce à son contrat minier face à la pression citoyenne Une entreprise canadienne vient de renoncer à un contrat d’exploitation minière dans la région de Cuzco. Cette décision fait suite à une importante pression (...)
1er juin 2018

La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport)

La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport) Suite à la COP22, le CCFD-Terre Solidaire a publié un rapport plaidoyer phare qui analyse la question de la séquestration du carbone dans les sols et du lien (...)
3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. Le CCFD-Terre Solidaire (...)
3 avril 2018

Au Brésil, le père José Amaro, défenseur des sans-terres, est jeté en prison

Au Brésil, le père José Amaro, défenseur des sans-terres, est jeté en prison Le père José Amaro Lopes, prêtre à Anapu au Brésil, a été arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur des droits des sans terres, il est accusé d’invasions (...)
23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l'action du CCFD-Terre Solidaire Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série d’articles qui montre (...)
5 février 2018

La terre, enjeu d’une paix durable en Colombie

La terre, enjeu d'une paix durable en Colombie Le problème foncier, déjà à l’origine de la guerre qui a déchiré une partie du territoire pendant plusieurs décennies, constitue toujours l’un des défis majeurs (...)
1er février 2018

Philippines : La terre est un bien commun, pas une marchandise

Philippines : La terre est un bien commun, pas une marchandise Mary Ann Manahan est directrice du programme sur les biens communs à Focus on the global South (https://focusweb.org), basée à Manille. Cette ONG promeut la (...)
1er février 2018

Un exemple : Au Brésil, le port industriel de Suape est une zone de non droits

Depuis 1975, les ONG brésiliennes se battent contre la construction puis l’extension du complexe industriel portuaire de Suape, devenue une zone de non (...)
Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066