manger_est_un_droit.jpg

CP – Les chiffres de la faim seront dévoilés lundi prochain. Parlons-en !

Publié le 11.07.2019| Mis à jour le 24.11.2021

Produit chaque année par cinq agences des Nations unies, le nouveau rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI) sortira lundi prochain. Selon toute vraisemblance, le nombre de personnes souffrant de la faim va encore augmenter pour la quatrième année consécutive. En France, rares sont les acteurs à prendre la mesure de notre responsabilité sur le sujet.

Quand on parle de la faim dans le monde, on entend souvent les mêmes discours : “on sait, on connait, on n’a pas besoin d’en reparler, c’est là-bas… Et puis, ce n’est pas comme si on en était responsable au final non?” Le souci c’est que, si, nous en sommes tous responsables.

Si la faim augmente dans le monde, ce n’est pas à cause du manque de nourriture, mais parce que notre système alimentaire est à bout de souffle. Fondé sur une agriculture intensive et sur les échanges internationaux, il ne permet pas d’assurer une alimentation de qualité, durable et diversifiée.
De nombreux facteurs structurels de la faim liés à nos pratiques alimentaires mondialisées sont identifiés : dérégulations des marchés internationaux, inégalités, chocs économiques, dérèglements climatiques, accaparements des terres et des ressources.

Face à ce constat, l’opinion publique préfère ne rien dire ou trouver des excuses :
L’insécurité alimentaire touche partout, du Nord au Sud, du fait de la mondialisation des échanges ? C’est un non sujet..
Notre alimentation est responsable d’un tiers de nos émissions de gaz à effet de serre? Il y a pire non ?
Nos multinationales agro-alimentaires sont coupables de violations de droits humains à grandes échelle que notre législation facilite ? Ce n’est pas notre affaire..
Nos pratiques commerciales déstabilisent les marchés du Sud et provoquent la hausse des chiffres de la faim? C’est la loi du commerce..!

Se battre face aux idées reçues.

La faim, il faut en parler, prendre conscience que nous avons tous un impact et surtout agir !

La France doit faire des progrès étant donné l’incohérence de son approche sur le sujet. Il y a d’un côté une politique de développement qui vise à promouvoir agroécologie et agriculture familiale et de l’autre la réalité de pratiques économiques qui posent de nombreux problèmes. En effet, ces pratiques favorisent les exportations qui déstabilisent les marchés locaux ou facilitent des investissements agricoles de multinationales à l’étranger dont les impacts sociaux ou environnementaux sont aujourd’hui largement documentés.

Alors citoyens, médias, décideurs, on en parle de ce non sujet?

Le rapport actualisant les chiffres de la faim sera publié le 15/07 à 16h, on vous donne rendez-vous pour un débrief ?

Contact presse
Louis Moreau : l.moreau@ccfd-terresolidaire.org – 06-66-12-33-02

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne