Haya Sarsour – Israël

Publié le 03.03.2004| Mis à jour le 08.12.2021

Egalité des droits pour les Palestiniens d’Israël

Egalité des droits pour les Palestiniens d’Israël
Paris, mars 2004

Sur les 6 millions d’habitants d’Israël, 1 200 000 sont des palestiniens, restés en Israël en 1948. Minorité nationale à l’intérieur du pays, nous faisons l’objet de discriminations, directes et indirectes. Certaines d’entre elles touchent à la question de la terre, fondamentale pour les Palestiniens, car elle est synonyme de travail mais aussi d’attachement, de lien. En 1948, nombre de terres nous ont été confisquées par le gouvernement israélien : aujourd’hui, le pays compte 27 000 exploitations agricoles, et seulement 136 d’entre elles appartiennent à des villes ou villages palestiniens.

Outre le manque de terres, les paysans palestiniens rencontrent des difficultés d’accès à l’eau. Ils bénéficient très rarement de subventions, et n’ont jamais obtenu les autorisations nécessaires à l’élevage de bétail, ainsi qu’à la production de lait de vache et d’œufs depuis 1948. La loi ne prévoit pas toujours explicitement ce genre de discriminations, mais elles existent dans les faits. Et les paysans ne sont pas les seuls à les subir. Cela concerne l’ensemble des Palestiniens en Israël, quel que soit leur statut social et leur secteur d’activité.

Nous essayons de les rassembler autour de problèmes communs, afin de trouver des solutions collectives. À travers un soutien financier et la mise en place de structures communautaires, l’association tente de leur donner les moyens de faire respecter leurs droits. Dans le cas des paysans palestiniens d’Israël, cela passe notamment par l’instauration de comités locaux représentatifs. Nous leur fournissons également les conseils, les techniques, les outils et compétences nécessaires au développement de projets agricoles. C’est très important, et c’est un succès.

Nous avons touché de nombreux paysans, qui sont aujourd’hui rassemblés en comités. Ahali les conseille et les guide également dans leurs actions de lobbying auprès des structures sociales et politiques du pays. Nous travaillons dur sur ce projet. Le cœur de notre mission n’est pas seulement de leur dire qu’ils ont des droits, mais de leur permettre de les défendre par eux-mêmes, par le biais d’un organisme représentatif unique : le problème d’un paysan qui manque d’eau pour irriguer ses terres, c’est le problème de tous les paysans de notre communauté.

Les Palestiniens d’Israël doivent se donner le pouvoir d’obtenir des avancées positives en tant que communauté, afin de retrouver leurs droits concernant les terres, mais aussi plus généralement, à tous les niveaux : en matière d’emploi, d’accès aux études, ou d’accès à la représentation politique.

Propos recueillis par Marion Léotoing

Haya Sarsour est membre de Ahali Community Center, basée à Nazareth, au service des agriculteurs palestiniens, citoyens d’Israël.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne