Publié le 02.06.2017 • Mis à jour le 06.06.2017

Climat : la solidarité avec les pays du Sud remise en cause par Donald Trump

Donald Trump a annoncé officiellement le 1er juin le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. Le CCFD-Terre Solidaire condamne fermement la décision des Etats-Unis de sortir de ce processus onusien.
Au-delà du signal très négatif envoyé en matière de lutte contre le dérèglement climatique, la décision américaine fragilise les négociations climatiques sous l’égide de l’ONU qui a le mérite d’accorder une voix égale, aussi bien aux pays historiquement et incontestablement responsables des dérèglements climatiques qu’aux pays qui en sont victimes.

Le CCFD-Terre Solidaire déplore par ailleurs que, pour justifier son choix, le président Trump ait pris pour cible les pays du Sud et les financements qui doivent leur être accordés pour faire face au défi climatique.
La dénonciation de Donald Trump de la participation des Etats-Unis au Fonds vert est à cet égard des plus alarmantes, alors que de nombreuses populations subissent d’ores et déjà les effets des dérèglements climatiques dans les pays du Sud.
La crise alimentaire qui touche près de 13 millions de personnes en Afrique de l’Est, est ainsi exacerbée par le changement climatique.
Les pays les plus vulnérables, qui sont les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre, doivent pouvoir bénéficier de financements pour le développement des énergies renouvelables et l’adaptation aux changements climatiques.

Le flou subsiste sur la place des Etats-Unis dans les négociations climat

Cette annonce a un impact sur la gouvernance mondiale sur le climat et questionne la place des Etats-Unis dans celle-ci.
En effet, la sortie de l’Accord n’aura lieu qu’en 2020 : que feront les négociateurs américains des COP d’ici là ?
Par ailleurs, les Etats-Unis resteront habilités à négocier dans les organes scientifiques et techniques de la Convention Cadre des Nations unies sur les Changements climatiques (CCNUCC).
Ils auront donc encore la possibilité d’influencer des négociations, en particulier sur l’agriculture en cours actuellement.
Enfin, on peut penser que les multinationales américaines et notamment celles de l’agrobusiness, ne quitteront pas les conférences et les initiatives multilatérales sur le climat.
Cette situation incertaine pourrait donc permettre à certains acteurs américains d’influer dans le mauvais sens sur les négociations climat tout en se dédouanant des engagements et des responsabilités inscrites dans l’Accord de Paris.

Un précédent de mauvaise augure pour la gouvernance mondiale ?

Au-delà de la « communauté du climat », la décision de Donald Trump doit alerter sur le futur des relations internationales.
Car elle n’est peut-être que le premier signe d’une attaque plus globale contre une véritable gouvernance multilatérale.
Les dernières réunions internationales et notamment le récent Sommet du G7, ont montré que la plupart des mentions ou références à des textes internationaux étaient systématiquement contestées par l’Administration américaine.
Ainsi par exemple, à l’inverse de ces dernières années, aucune référence au Comité sur la Sécurité Alimentaire Mondiale (CSA) et ses décisions relatives au foncier et l’encadrement des investissements dans l’agriculture n’est faite dans la déclaration finale du G7.
Au-delà des questions de la CCNUCC ou du CSA, ce sont les enjeux d’une réelle gouvernance mondiale qui pourraient ainsi se retrouver systématiquement impactés lors des sommets internationaux. Et les conséquences en sont imprévisibles.

S’informer

15 octobre 2018

Les pistes inexplorées pour ne pas dépasser les 1,5°C (Rapport)

Le rapport du GIEC paru la semaine dernière nous confirme qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et respecter (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC : 19 organisations catholiques de développement lancent un appel urgent pour le climat et une économie de la post-croissance

En réaction à la publication du rapport du GIEC, les dirigeants d’organisations catholiques de développement lancent un appel urgent. Il (...)

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)