Publié le 11.07.2007 • Mis à jour le 10.08.2012

Candidature européenne au FMI

En s’empressant de présenter son candidat à la direction du FMI, l’Europe verrouille et pérennise un système dépassé, estime la Plateforme Dette & Développement. (11 juillet 2007)

Le FMI brûle, l’Europe regarde ailleurs

En s’empressant de présenter son candidat à la direction du FMI, l’Europe verrouille et pérennise un système dépassé.

(11 juillet 2007)

Le FMI traverse la crise la plus profonde de son histoire : crise financière, crise de vocation et surtout, crise de légitimité. Loin d’amorcer la profonde réforme que nécessite l’institution internationale, l’Europe maintient le statu quo en réservant la direction du FMI à un de ses ressortissants.

Malgré les appels aux candidatures multiples, de la part des pays en développement et du Conseil d’administration du FMI entre autres, les pays européens se sont empressés de désigner leur candidat pour la direction générale du FMI. Dominique Strauss-Kahn dispose désormais du soutien de l’ensemble de l’Union européenne et des Etats-Unis, soit les principaux actionnaires du FMI. Par cette attitude, l’Europe esquive un débat nécessaire sur la place des pays du Sud et la procédure de désignation du directeur du FMI.

En effet, avec cette désignation éclair, les chances de voir un directeur autre qu’européen à la tête du FMI sont minces. La partie semble jouée d’avance. Pourtant, la démission de M. Rodrigo de Rato ne prendra effet que dans quatre mois. L’empressement européen démontre la volonté de boucler le dossier de sa succession au plus vite, balayant tout espoir d’un processus véritablement ouvert et transparent.

La France et ses collègues européens auraient dû activement encourager l’ensemble des pays membres du FMI à présenter leur propre candidat, démontrant ainsi leur volonté d’ouverture à ces pays au sein de cette institution. Aujourd’hui, seul le Royaume-Uni affirme du bout des lèvres attendre l’ensemble des candidatures pour faire un choix définitif.

Pour Sébastien Fourmy, d’Oxfam France, «  L’Europe a aujourd’hui un candidat pour la tête du FMI, il fallait d’abord un programme pour cette institution en crise ».

Jean Merckaert, coordinateur de la plate-forme Dette & Développement, ajoute : « le prochain directeur ne pourra pas sortir le FMI de la crise ni en faire une institution multilatérale forte et démocratique sans une grande légitimité internationale ; la confiscation du processus de nomination par l’Europe est de mauvais augure ».

Plateforme Dette & Développement

Voir le site de la Plateforme Dette et Développement

S’informer

15 octobre 2018

Les pistes inexplorées pour ne pas dépasser les 1,5°C (Rapport)

Le rapport du GIEC paru la semaine dernière nous confirme qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et respecter (...)

11 October 2018

UN Treaty on transnational corporations and human rights: the moment of truth for France?

On 26 June 2014, the United Nations Human Rights Council established an intergovernmental working group to draw up ‘an international (...)

8 octobre 2018

Traité ONU sur les entreprises transnationales et les droits humains : l’heure de vérité pour la France ?

Le 26 juin 2014, le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies a établi un groupe de travail intergouvernemental afin « d’élaborer un (...)

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

21 août 2018

Egypte : une pépinière théâtrale au Caire

FDM n°305

Alors que la libre parole se réduit à peau de chagrin depuis la prise de pouvoir du président Sissi en 2013, un centre de formation au (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)