Publié le 09.06.2008 • Mis à jour le 13.08.2012

Le CCFD analyse les engagements pris à la conférence de la FAO.

Après la conférence de la FAO, le CCFD livre son analyse.

Du 3 au 5 juin se tenait à Rome la conférence sur la sécurité alimentaire, organisée par la FAO, l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation. Le Comité catholique contre la faim et pour le développement a participé à la conférence, aux côtés de la délégation officielle française conduite par le président français Nicolas Sarkozy. Auparavant, il avait représenté les ONG de développement au GISA (Groupe interministériel sur la sécurité alimentaire) qui préparait cette conférence pour le gouvernement français.

Un élément positif

Le CCFD-Terre solidaire se réjouit que la FAO et les Etats le rejoignent sur la position qu’il défend depuis plusieurs années : donner la priorité aux agricultures familiales et locales, soutenir la souveraineté agricole des pays. Cette prise en compte devrait se traduire par l’adoption d’un plan d’action qui sera soumis au sommet du G8 en juillet au Japon, ainsi que par des dons de la part de plusieurs organisations internationales. A plus long terme, un consensus s’est dégagé autour de la nécessité d’une meilleure gouvernance mondiale. Elle devrait se traduire par l’harmonisation et la mise en cohérence des politiques et des initiatives adoptées, ainsi que par la création d’un groupe d’experts internationaux.

Des mesures à confirmer

Fort d’une expérience longue de près de 50 ans et d’une expertise acquise par le soutien à plus de 500 projets dans 75 pays, le CCFD-Terre solidaire attire cependant l’attention sur plusieurs points cruciaux :

  • l’incompatibilité de fait entre ce mandat donné à la FAO et les politiques menées par l’OMC, la Banque mondiale et le FMI. ;
  • le risque que fait courir le développement des agrocarburants à la pérennité des agricultures familiales vivrières ; le CCFD-Terre solidaire regrette qu’il n’y ait pas eu un moratoire sur le développement des agrocarburants ;
  • l’écart entre les promesses et les réalisations –en vingt ans, de 1984 à 2004, la part de l’agriculture dans l’aide au développement a été plus que divisée par deux, tandis que les pays du Nord ne respectent toujours pas leur engagement d’une aide publique égale à 0,7 % du PIB…

Le CCFD-Terre solidaire demande à tous, citoyens du Nord et du Sud, d’être particulièrement vigilants sur la mise en œuvre effective des engagements pris. Notre association continuera de suivre de près les mesures prises par les gouvernements et les organismes internationaux.

S’informer

14 septembre 2018

Examen à l’Assemblée nationale du projet de loi fraude fiscale

Ce lundi 17 septembre l’Assemblée nationale examine en plénière le projet de loi sur la fraude fiscale. A l’issue de l’examen en commission (...)

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

3 septembre 2018

Loi PACTE : Une loi pour rien ? (communiqué)

Le 5 septembre sera examiné en Commission spéciale à l’Assemblée nationale le projet de loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et le (...)

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

21 août 2018

Egypte : une pépinière théâtrale au Caire

FDM n°305

Alors que la libre parole se réduit à peau de chagrin depuis la prise de pouvoir du président Sissi en 2013, un centre de formation au (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)