© William Dupuy
Jeudi photo, Paix et vivre ensemble, République démocratique du Congo

Journée des ONG : en RDC, désamorcer les conflits liés à la terre #JeudiPhoto

Publié le 24.02.2022

Cette semaine, à l’occasion de la journée internationale des ONG, portons notre regard sur les organisations partenaires que nous soutenons en RDC pour désamorcer les conflits liés à la terre.

© William Dupuy
Juillet 2021. Sud-Kivu, RDC. © William Dupuy

Dans l’Afrique des Grands Lacs, la majorité des populations vivent de l’agriculture familiale. Les terres se transmettent de génération en génération. Mais bien souvent, ces héritages s’effectuent de manière informelle, ce qui favorise la montée des tensions au sein des communautés paysannes qui se disputent des parcelles de terrain.

En RDC, les communautés du groupement de Lugendo, au Sud-Kivu n’y échappent pas. Pour aider les propriétaires terriens à sortir de l’impasse, un membre de l’organisation, Innovation et Formation pour le Développement et la Paix (IFPD), les accompagne pour les aider à délimiter leurs terres. Équipés d’outils de mesure, ils font le tour des propriétés. Puis ils se réunissent avec les chefs de villages et des villageois pour discuter de leurs différends. La dernière étape est de signer un contrat qui reconnaît les propriétés de chacun.

“Tous se mettent à chanter et à danser”

En raison d’un petit bout de chemin qui traverse deux parcelles de terre, deux propriétaires ne parviennent pas à se mettre d’accord. En témoin silencieux derrière son appareil photo, William Dupuy assiste à la montée des tensions en se demandant jusqu’où peuvent-elles aller. Il capture l’intensité de ce moment fatidique qui submerge les protagonistes.

William comprend vite que les haussements de ton font partie du jeu. Grâce à l’intervention du médiateur, des chefs de village et des femmes paysannes, qui jouent un rôle important pour ces terres, les deux propriétaires parviennent à un compromis. Le contrat est signé. Une fois les stylos posés, les tensions s’envolent et laissent place à une ambiance “bon enfant”, se souvient William. Tous se mettent à danser et à chanter, soulagés.  

La crise foncière constitue l’une des principales sources de violence et de la pauvreté à l’est de la RDC.

Innovation et Formation pour la Paix et le Développement (IFPD).

Au Sud-Kivu, plus de 2 000 conflits fonciers ont été enregistrés depuis 2013. L’absence de solutions apportées par l’État, comme la mise en place d’un cadastre –un registre public sur lequel sont inscrits les propriétés foncières–, renforce ces tensions. Il n’est pas rare que ces problèmes fonciers dégénèrent dans la plus grande violence et évoluent en conflits inter-ethniques.

Agir avec des populations sans autre soutien

Pour pallier au désengagement des états dans l’Afrique des Grands Lacs, le CCFD-Terre Solidaire se mobilise depuis de nombreuses années aux côtés de ses partenaires pour lutter contre l’insécurité foncière qui met en danger les populations et leur sécurité alimentaire.

À l’occasion de la journée internationale des ONG, nos pensées s’adressent à nos partenaires et à toutes celles et ceux qui soutiennent nos actions. Ensemble, continuons d’unir nos forces pour construire un monde plus solidaire.

Chaque jeudi, nous vous proposons un arrêt sur image pour prendre conscience, autrement, d’une fracture de notre monde sur laquelle nous agissons collectivement

Pour aller plus loin :

Afrique des Grands Lacs : renforcer les droits des paysans et l’accès à la terre

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne