festival a tout boud'champ

Le Bien Vivre au festival A tout bout d’champ (Mâlain)

Publié le 01.09.2023

              Mâlain. Son château fort du XIème siècle, son site gallo-romain, ses lavoirs, son église, ses maisons et fermes des XVIIIème et XIXème siècles, son ancienne usine à chaux, son parc, ses forêts… Mâlain. A pied, à vélo ou en train. Autrefois Mediolanum –  « plein centre » –  était situé sur la frontière méridionale du territoire des Lingons face à celle des puissants Éduens. La rivière de l’Ouche toute proche était alors navigable. On y importait du vin de Grèce ou d’Italie, des produits alimentaires de la région de Lyon.

              Et si Mâlain devenait aujourd’hui la capitale du « Bien vivre ensemble » ? Ce dernier week-end d’août se tenait sur les hauteurs du village, le festival « Atout Bout d’Champ ». Ou comment « repenser sa consommation locale et les modèles agricoles ». Ce festival – soutenu financièrement par la Fondation Terre Solidaire – était organisé par l’association RISOMES sur les terres du groupement foncier agricole (GFA). Car ici, l’union fait la force. Aujourd’hui, le GFA gère une quarantaine d’hectares de terres agricoles. « Ces terres ont donc été sorties du risque de l’agrandissement, de l’accaparement pour les mettre à disposition de jeunes agriculteurs qui s’installent sur le territoire », souligne Léo Coutellec, membre de RISOMES.

              Le CCFD-Terre Solidaire était lui aussi présent dans le village associatif, et ses bénévoles étaient heureux d’accueillir le représentant d’une association partenaire en provenance du Pérou. José Luis Ricapa Ninanya, responsable au « Centro Bartolomé de Las Casas » participe activement à la dynamique andine du programme TAPSA (Transition vers une Agroécologie Paysanne au service de la Souveraineté Alimentaire) du CCFD-Terre Solidaire. Celui-ci s’est exprimé, au cours d’une conférence-débat, sur la souveraineté alimentaire et agroécologie paysanne dans les pays andins. A l’occasion de cette conférence, notre hôte de marque a décrit la situation de dépendance alimentaire croissante dans son pays, ainsi que le processus historique et l’impact de la « révolution verte » qui a entraîné une perte des connaissances traditionnelles de l’agriculture communautaire, dans le contexte d’une société colonisée qui discrimine encore les secteurs paysans et indigènes. Sa présence prouve s’il en est que « nos destins sont liés ! »

              Pendant ce week-end riche en évènements, les bénévoles du CCFD-Terre Solidaire ont proposé sur leur stand aux couleurs du Pérou, des animations autour du Bien vivre, comme des dessins réalisés par des enfants des pays andins ou des origamis à produire sur place, paires de ciseaux, et feutres étant à disposition des festivaliers. Deux jours à accueillir sous leur tente, des personnes désireuses d’en savoir davantage sur le CCFD-Terre solidaire, ses projets, ses programmes régionaux, son rôle dans l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) pour répondre aux grands enjeux contemporains et pour atteindre les Objectifs de développement durable. Des échanges fructueux pour les uns et les autres qui nous ont permis d’appréhender qu’ensemble il faisait bon vivre et que nous étions sans aucun doute, les forces du changement !

Pour voir des images de ce Weekend, c’est par ici la vidéo 😊

Hervé Le Louarne, bénévole CCFD-Terre Solidaire en Côte d’Or

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Pour une terre sans faim, cultivez l'action du CCFD-Terre Solidaire
Je donne chaque mois