Dossier, Régulation des multinationales, Responsabilité sociale des entreprises

Le plaidoyer, une dynamique collective

Publié le 15.10.2012

Informer, convaincre, faire bouger les lignes politiques… Pour faire évoluer la législation en faveur des populations du Sud, il faut savoir saisir les opportunités politiques et partager les expertises.


Le rôle des groupes de pression d’ONG est important pour faire changer la politique de l’Union européenne. Et, en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE), la coalition ECCJ [regroupement européen de plates-formes nationales travaillant sur le thème de la RSE, ndlr][[Le Forum citoyen pour la RSE, plate-forme française coordonnée par le CCFD-Terre Solidaire, est membre de ECCJ.]] nous a permis d’être plus persuasifs dans notre action », assure Richard Howitt, député européen britannique et Rapporteur sur la RSE au Parlement européen.

Pour être efficace, ce plaidoyer doit être à l’affût des opportunités législatives. « Bientôt aura lieu la révision d’un règlement européen qui défi nit le cadre juridictionnel de l’action européenne, y compris celle des entreprises européennes hors de l’Europe », explique Antonio Manganella, chargé de plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire. Mais avant de pouvoir peser sur la modification d’un texte, il faut sensibiliser le législateur, lui-même noyé sous une masse de dossiers et textes de lois. « Notre ambition, à l’occasion de cette révision, est d’alerter cent cinquante députés sur la question de l’accès à la justice pour les victimes des multinationales européennes », précise Antonio. Avec l’espoir que bien informés, les députés s’engageront !

Ainsi, fin novembre 2011, à l’initiative du CCFD-Terre Solidaire, d’Amnesty International et de Sherpa, des députés européens et membres d’ONG, du Nord et du Sud, se sont retrouvés pour une table ronde au Parlement européen de Bruxelles. Objectif : que les propositions de la société civile y soient débattues. « Le travail inter associatif et syndical est primordial, précise Antonio Manganella, car les impacts des multinationales touchent de nombreux domaines : environnement, droits humains, droits des travailleurs, corruption, investissements… Nous devons partager nos exper tises. » De plus, face aux moyens colossaux de lobbying et de communication des grandes entreprises, et au soutien qu’elles reçoivent des États, la société civile doit se serrer les coudes.

Ces rencontres permettent aussi à ceux qui se battent sur le terrain d’entrer en contact avec les décideurs politiques du Nord. « Cela nous permet d’exposer les problèmes que posent les entreprises européennes dans nos pays, témoigne Jean-Claude Katende, défenseur des droits de l’homme en République démocratique du Congo. Beaucoup de politiques réfléchissent en termes de lois. Nous, nous raisonnons en termes de personnes confrontées aux problèmes causés par les entreprises. »

Autour de la table, l’écoute semble sincère. Mais cet après-midi-là, seuls quelques députés sont présents. François Hollande avait choisi ce même jour pour une visite à Bruxelles… Ainsi vont les aléas du plaidoyer !

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne