Publié le 20 novembre 2013

Les populations du Sud affectées par les IDE irresponsables

Les promesses non tenues des Investissements Directs à l’Etranger (IDE) : accès aux capitaux, emplois, croissance, transferts de technologie et de compétences, accès aux marchés internationaux…
En réalité, les IDE sont surtout porteurs d’un développement centré sur la croissance qui ne prend pas assez en compte les exigences d’un développement juste et durable, et les besoins essentiels des communautés locales. En fait de croissance, les IDE ont surtout pour effet de financer en premier lieu celle des entreprises multinationales. Échec sur toute la ligne.

Absence de transparence

Pas de consultation des populations, absence de transparence et de dispositifs de participation entraînent de fortes frustrations chez les communautés locales. Des mobilisations citoyennes voient le jour pour protester contre cette forme de mépris et exiger le respect des populations.

Évasion fiscale

L’évasion fiscale des entreprises multinationales représente un manque à gagner en recettes fiscales pour les pays du Sud d’au moins 125 milliards d’euros par an.

Violations de droits des travailleurs

Non-respect des droits minimaux des travailleurs : conditions de travail pénibles ; très faible rémunération ; absence de protection sociale ; impossibilité de se syndiquer. On retrouve cette situation dans la plupart des zones franches de la planète, mais aussi dans l’industrie extractive, dans les grandes plantations et usines agro-industrielles ou sur les chantiers de construction d’infrastructures.

Saccages environnementaux

Les projets liés à l’exploitation à grande échelle des palmiers à huile, des minerais, du pétrole… menacent très sérieusement et à long terme les écosystèmes locaux, et sont souvent à l’origine d’atteintes insupportables aux droits humains (accès à l’eau, aux ressources, risques sanitaires…).

Mépris des cultures locales

Déforestation, pollution, privatisation et destruction des milieux, extinction de nombreux êtres vivants… En déstructurant ce lien essentiel, ce sont des modes de vie ancestraux qui font partie du patrimoine de l’Humanité, et dont nous avons besoin aujourd’hui pour nous développer de manière plus durable, qui sont en péril.

Efficacité économique contestable

De grands projets fournissent de l’activité aux multinationales, et donc contribuent à leur croissance. Cette effi cacité économique tant revendiquée s’applique beaucoup moins aux populations des pays du Sud. En RDC, les barrages d’Inga 2 et 3 végètent faute d’entretien et les populations n’ont jamais vu l’électricité. Pourtant, les bailleurs veulent ajouter un Grand Inga pour la somme de 80 milliards de dollars.

Au Malawi, dans le cadre de la Nouvelle Alliance pour la Sécurité alimentaire et nutritionnelle, on note l’objectif d’« amélioration de l’accès à la terre ». Cet objectif entraîne l’identification de 200 000 hectares pour l’agriculture commerciale à grande échelle d’ici 2015. Or, le Malawi est un des pays les plus pauvres et les plus densément peuplés d’Afrique subsaharienne dont 80 % des terres sont cultivées par des agriculteurs familiaux.

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

S’informer

22 janvier 2019

Pétition : mobilisons-nous contre l’impunité des multinationales !

Alors que le sommet de Davos s’ouvre mardi 22 janvier 2019, le CCFD-Terre Solidaire lance, avec une coalition d’organisations (...)

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)