Publié le 28.02.2012 • Mis à jour le 12.03.2012

Lutte contre la spéculation et la régulation des marchés agricoles - François Bayrou

« Recréer une agriculture rémunératrice pour les agriculteurs par une organisation des marchés agricoles face aux grandes surfaces et aux industriels. favoriser les circuits directs vers les consommateurs et les marchés locaux (en partie à travers les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) »

« Soutenir, à l’horizon d’une dizaine d’années, le développement des technologies alternatives : électricité, biocarburants de seconde génération [...]

« Doter l’Union Européenne d’une autorité de supervision unique pour les banques, les assurances et les marchés financiers »

« Réguler les hedge funds et revenir à un encadrement des marchés à terme y compris les matières premières. En limiter l’intervention aux acteurs physiques et commerciaux et exclure les acteurs purement financiers. »

« Cesser rapidement d’exporter nos excédents agricoles à prix bradés qui détruisent les agricultures vivrières des pays pauvres. Pour ce faire, les marchés agricoles doivent être régulés au niveau mondial. »

Thèmes :

Notre analyse

François Bayrou ne traite pas de l’agriculture dans ses 20 propositions. Par ailleurs lors de ses interventions lors du Salon de l’Agriculture, l’accent est mis sur la défense du revenu des agriculteurs et des prix rémunérateurs, mais exclusivement au niveau français. Il ne mentionne pas les enjeux internationaux.

Le Modem, dans son Projet humaniste, consacre une partie conséquente de ses propositions aux questions agricoles.
Ainsi, outre la défense du revenu des agriculteurs en France, le projet souligne la nécessité d’un encadrement des marchés internationaux de matières premières, et l’exclusion des acteurs purement financiers.

Le projet aborde la régulation des marchés mondiaux sous le seul angle du commerce. Ces propositions sont selon nous incomplètes : aucune mention des stocks de régulation, et les engagements sur les autorités de marché se limitent au niveau européen.

Pour les agrocarburants, aucun des projets ne mentionne l’avenir de la politique de soutien aux agrocarburants de première génération.

S’informer

8 octobre 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)

30 mai 2018

Projet de loi Agriculture et Alimentation : poudre de perlimpinpin ! (Communiqué)

Ce mercredi 30 mai 2018 à partir de 15h, le tant attendu projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation est voté en première lecture à (...)

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

16 novembre 2017

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)