Publié le 13 août 2013

Le MRJC se penche sur l’avenir des territoires ruraux

Le MRJC (Mouvement rural de jeunesse chrétienne) s’intéresse de près au devenir des terres agricoles en France et, plus généralement, au développement local rural. Deux exemples avec les BEST (Brigades d’enquête spéciale sur les terres) et le festival Bouff’ton terroir.

Des « brigades spéciales » enquêtent sur l’accès à la terre

Un constat : aujourd’hui en France il est de plus en plus difficile, en particulier pour les jeunes, d’accéder à des terres agricoles et donc de concrétiser leur projet d’installation. En milieu rural, il faut trouver un équilibre entre les surfaces agricoles, les espaces naturels et les terrains nécessaires pour le logement et les autres infrastructures (transports, entreprises, etc.). Cet équilibre se réalise souvent au détriment de l’activité agricole.
Le MRJC s’intéresse à la question depuis plusieurs années. Il passe maintenant à l’action avec les BEST.
Ces brigades très spéciales émergent un peu partout en France avec deux objectifs : enquêter sur la situation du foncier agricole au niveau local et interpeller les personnes concernées dans chaque territoire sur les conflits de gestion de l’espace.
Les BEST sont composées en majorité de jeunes du MRJC, mais aussi d’étudiants de filières professionnelles agricoles et de partenaires associatifs, dont le CCFD-Terre Solidaire. Leur mission est de construire un échange autour des solutions à apporter au malaise foncier. Le mouvement de jeunesse entend y apporter sa propre contribution – notamment en matière d’installation agricole – et poser cette question sur la place publique au niveau national. Aujourd’hui, cinq BEST sont à l’oeuvre en Picardie, Pays de la Loire, Centre, Franche-Comté et Rhône-Alpes.

www.mrjc.org/best

Un festival alternatif au coeur du bocage ornais

Bouff’ton terroir : derrière ce nom barbare, il y a le travail d’équipe de jeunes du MRJC qui, chaque année, proposent un moment d’échange et de réflexion sur notre façon de consommer. La troisième édition a eu lieu le 22 septembre 2012 à la Ferté-Macé, préparée par quatre étudiantes ornaises. Elle présentait diverses initiatives de développement local qui animent ce coin de bocage normand. L’idée des quatre jeunes initiatrices était de montrer que leur territoire était bien vivant et porteur d’alternatives au modèle dominant de développement.
L’une est étudiante en musique, l’autre droit, la troisième en arts plastiques et la quatrième est élève infirmière. Si aucune n’est spécialiste des questions de développement agricole, toutes sont issues du milieu rural et sensibles à la question de son avenir. Pour cette raison, elles pensent nécessaire de faire plus de place à des circuits courts de consommation permettant de créer des liens entre producteurs et consommateurs.
Le festival a débuté l’après-midi par un marché aux producteurs locaux, lieu de présentation d’alternatives concrètes. L’événement était agrémenté d’animations diverses – telles que les jeux en bois, les lectures de contes ou le concours de la plus belle tarte de saison – qui lui ont conféré une note festive et familiale. Bouff’ton terroir s’est terminé cette année par une soirée-concert fréquentée par 400 personnes.

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

6 de julio de 2018

Pozos de cárbono en las tierras agrícolas, ¿milagro o coartada? (informe)

La agricultura puede ser considerada igual como responsable o víctima de los cambios climáticos. Unos piensan que convertir las tierras (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)

1er juin 2018

La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport)

L’agriculture est tour à tour considérée comme responsable ou victime des dérèglements climatiques. Certains voient en elle des solutions (...)