| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire

Le G7, la lutte contre les inégalités, et l’alter G7

Publié le 02.08.2019 Mis à jour le 02.08.2019

Du 24 au 26 août, la France accueille l’édition 2019 du G7 à Biarritz sur le thème de la lutte contre les inégalités. Mais le G7 veut-il réellement s’attaquer aux inégalités ? Quels intérêts représente-t-il ?
Avec d’autres organisations de la société civile nous contestons la légitimité du G7 à influencer la politique mondiale dans une logique toujours plus néo-libérale, porteuse d’inégalités et destructrice pour la planète.
Aux côtés de nos alliés et partenaires, nous nous mobilisons pour un contre-sommet « Alter G7 » organisé à Hendaye-Irun, du 19 au 23 août, dans un contexte d’urgence climatique et sociale.

Le G7, la lutte contre les inégalités, et l'alter G7
© CCFD-Terre Solidaire

Qu’est-ce que le G7 ?

Ce cadre de dialogue informel s’est créé dans le contexte de crise mondiale qui a suivi le premier choc pétrolier en 1971. Créé à 5 en 1973, le G7 ou « groupe des sept », regroupe les représentants des pays les plus industrialisés de la planète : l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni.
Le G7 n’est pas une administration transnationale comme peuvent l’être les organisations des Nations Unies ou la Banque Mondiale. Il se veut être un moment de rencontres et d’échanges entre les chefs d’Etats des pays membres sur les sujets d’actualités mondiales [1].

Depuis 1978, l’Union européenne [2] participe aux échanges mais ne peut assurer la présidence tournante, réservée aux pays membres.

Quelle est la légitimité du G7 ?

Bien sûr nous reconnaissons la légitimité des chefs d’États et gouvernements à se rencontrer et à dialoguer de manière informelle. Ce que nous dénonçons, c’est le rôle de directoire mondial que souhaite jouer le G7 en prenant des décisions à huit-clos et qui concernent des pays qui ne sont pas autour de la table.
Ces décisions orientent de plus en plus les politiques misent en place par les instances internationales, en particulier dans les pays en développement, souvent en prétendant lutter pour de grandes causes.
A cet égard, nous avions par exemple dénoncé les conséquences de la "Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition" ou NASAN, lancée en 2012 par le G8 et qui représentait surtout les intérêts de l’agro-industrie sous couvert de lutte contre la faim.


L’étonnant visuel du site internet du G7 annonçant le thème de la lutte contre les inégalités

Le G7 est-il compatible avec la lutte contre les inégalités ?

En 2019, la France est le pays hôte et a choisi d’organiser le sommet à Biarritz, du 24 au 26 août, autour du thème « Lutter contre les inégalités ».

Un thème fondamental car l’augmentation des inégalités est aujourd’hui un problème majeur, mais qui soulève un certain nombre de questions, comme l’explique Peggy Pascal, directrice du Plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire : « Les Etats riches se réunissent avec l’ambition de réduire les inégalités mondiales. Ils agissent comme un directoire mondial et prennent des décisions qui concernent des états qui ne sont pas membres de ce club de pays riches. De plus ce sont précisément les politiques et décisions prises par les pays du G7 qui sont l’une des sources majeures de croissance des inégalités mondiales.

Si les états du G7 veulent réduire les inégalités :

- Sont-ils prêts à changer leurs politiques publiques et remettre en cause le néolibéralisme à la source de tant d’inégalités ?

- Sont-ils prêts à remettre à plat l’organisation du système fiscal international et cesser de contrer la demande faite par plus de 130 pays qui demandent depuis longtemps la création d’un organisme à l’ONU sur les questions fiscales ?

- Sont-ils prêts à soutenir la mise en place de règles contraignantes pour les multinationales et à ne pas bloquer le traité onusien sur les entreprises et les droits humains ?

- Sont-ils prêts à cesser un soutien massif à l’agro-industrie fortement émettrice en carbone et soutenir résolument le développement de l’agroécologie paysanne ?

Le risque est grand que le G7 se résume à une belle opération de communication autour d’un thème mobilisateur, mais qu’il reste un coup d’épée dans l’eau.

Pourquoi le G7 et pas les Nations Unies ?

Pour nous, ce sont les Nations-Unies qui offrent le cadre le plus légitime de régulation politique à l’échelle mondiale. Nous appelons à privilégier et renforcer les espaces de la gouvernance onusienne, plutôt que des alliances comme le G7 dont l’existence n’est pas reconnue en droit international et dont les règles de fonctionnement sont floues, voire inexistantes.

Pourquoi un alter-G7 ?

Le CCFD-Terre Solidaire est membre la plateforme nationale « Alternatives G7 » lancée par 28 organisations [3], et pilotée par le CRID,.

L’objectif de cette dynamique collective : s’opposer au sommet officiel en proposant des alternatives pour une politique mondiale qui lutte réellement contre les inégalités et les désastres écologiques.

Cette année, l’alter-G7 est prévu du 19 au 23 août à Hendaye-Irun. Au programme : conférences, débats, manifestations et constructions de résistances.

Ce n’est pas la première fois que le CCFD-Terre Solidaire s’implique dans l’organisation des contre-sommets, comme lors du G20 à Cannes en 2011 et du G8 de Deauville en 2012.

Quels seront les thèmes portés par le CCFD-Terre Solidaire à l’alter G7 ?

Les thématiques prévues au programme de ce contre-sommet rejoignent les combats que nous portons depuis de nombreuses années :
- L’insécurité alimentaire et la défense de la souveraineté alimentaire
- Les luttes contre la spéculation foncière
- L’agroécologie paysanne comme réponse à la crise écologique et sociale
- La lutte contre l’évasion fiscale et la justice fiscale
- L’impunité des multinationales
- Les migrations

Nous serons présents pour échanger avec le public dans diverses conférences, débats et carrefours qui composent l’alterG7 autour de ces thèmes qui nous mobilisent au quotidien.

Quelle mobilisation de notre association ?

Au cours de ces 3 jours, l’équipe du CCFD-Terre Solidaire Pays Basque animera un stand . Nous proposerons des actions, de type conférences, animations, ciné-débats, etc :

- Swann Bommier, chargé de plaidoyer régulation des multinationales, interviendra au cours de la conférence “Face aux accords de libre-échange et l’impunité des multinationales, quelles alternatives ?” et animera le ciné-débat autour du film “Quand les multinationales attaquent les états”

- Lison Rehbinder, chargée de plaidoyer financement du développement, interviendra dans une conférence sur les sujets liés à la justice fiscale et à la lutte contre l’évasion fiscale

- Valentin Brochard, chargé de plaidoyer Souveraineté Alimentaire et Maureen Jorand, chargée de plaidoyer souveraineté alimentaire et climat, animeront des temps de débat portant sur la souveraineté alimentaire

Cette année, nous avons aussi invité notre partenaire sud-africain Roger Domingo de Surplus People Project (SPP) à participer aussi au contre-sommet. SPP ou projet des « laissés pour compte », est une ONG qui, depuis une quinzaine d’années, aide les populations noires déplacées dans le cadre de la politique d’apartheid à retrouver leurs terres, dans les provinces du Cap occidental et du Cap septentrional.

Plus de détails sur les conférences sur le site https://alternativesg7.org

Rejoignez-nous sur Twitter ou facebook pour suivre en direct la participation du CCFD-Terre Solidaire à l’alter-G7.

[1Le G7 se consacre d’abord aux questions économiques. Au fil des ans, les discussions s’ouvrent aux grands enjeux globaux, notamment dans le domaine de la paix, du développement, du changement climatique.

[2anciennement la Communauté économique européenne

[3(Action Aid France, Adéquations, Amis de la Terre, Attac, Artisans du Monde, CADTM, Collectif Droits des Femmes, Confédération Paysanne, CRID, Emmaus International, Fondation Copernic, Fondation France Libertés, Fédération Syndicale Unitaire, Ingénieurs sans frontières, Ipam, Marche Mondiale des Femmes, Mouvement de la Paix, Ligue des droits de l’Homme, Oxfam, Sherpa, Solidaires, Ritimo, Réseau Foi et Justice Afrique – Europe)

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066