Affiche : les règles du commerce mondial profitent à tout le monde : NON

Politique agricole et commerce international

Publié le 22.05.2007| Mis à jour le 09.09.2021

Non, les règles actuelle du commerce mondial ne profitent à tout le monde comme le prétendent les partisans du libre-échange. L’ouverture des marchés des pays pauvres aux produits des pays industrialisés, en particulier aux produits agricoles, crée de la pauvreté. Dans le monde, plus de 850 millions de personnes souffrent de la faim. Les trois quarts d’entre elles sont des petits paysans.

Les demandes du CCFD et les réponses des candidats :
  1. Faire du soutien à l’agriculture familiale une priorité politique
  2. Défendre le droit à la protection des marchés
  3. Exercer un contrôle plus strict sur les entreprises agro-alimentaires
Lire toute la fiche « La politique agricole française et européenne, une arme contre la pauvreté »
Affiche : les règles du commerce mondial profitent à tout le monde : NON
Affiche : les règles du commerce mondial profitent à tout le monde : NON

Pour en savoir plus

Outils pédagogiques

Pour un événement, un débat, qui inviter ?

  • Un professeur d’économie sensible à la problématique du commerce agricole mondial
  • Un responsable local d’artisans du monde (sur le commerce équitable) www.artisansdumonde.org
  • Un membre du collectif local de la campagne « Etat d’urgence planétaire, votons pour une France solidaire » : www.etatdurgenceplanetaire.fr

Documents joints

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne