© Pascal Montary

Un “die-in” pour dire non aux spéculateurs de la faim #JeudiPhoto

Publié le 05.10.2022| Mis à jour le 06.10.2022

Depuis la guerre en Ukraine, les spéculateurs privés aggravent l’inflation alimentaire et s’enrichissent alors que 828 millions de personnes souffrent de la faim à travers le monde. En simulant leur mort, salariés et bénévoles du CCFD-Terre Solidaire se sont mobilisés pour dire NON aux profiteurs de la faim et défendre le droit à l’alimentation. 

© Pascal Montary
Place de la Bourse, Paris, 1er octobre 2022. ©Pascal Montary

Ce samedi 1er octobre, passants et habitués du quartier se laissent surprendre par un spectacle “funèbre” qui se déroule Place de la Bourse, à Paris. Une cinquantaine de personnes, toutes vêtues de noir, gisent sur le sol, comme si elles étaient mortes. Elles semblent être victimes de la faim : celle-ci causée par la spéculation alimentaire, comme en attestent les inscriptions sur les assiettes vides qu’elles tiennent du bout de leurs doigts inertes. Derrière ces personnes, une banderole orange vif est déployée au grand public. “Non aux profiteurs de la faim !”, peut-on lire.

C’est devant le Palais Brongniart — symbole historique des marchés financiers français — que se sont réunis militants et salariés du CCFD-Terre Solidaire pour dénoncer l’inflation causée par les spéculateurs de la faim. “C’est anormal qu’au XXIe siècle des gens meurent encore de la faim, tout ça parce que d’autres ont décidé de faire du profit sur la nourriture“, s’indigne un militant. 

Spéculateurs : ou profiteurs de la faim ?

En mai dernier, le prix du blé a augmenté de plus de 70 % sur le marché financier de Paris. En moyenne, 7 acheteurs sur 10 ne sont pas des commerçants, mais des spéculateurs privés. Depuis le début de la guerre en Ukraine, de nombreux acteurs financiers profitent des craintes de pénuries mondiales pour spéculer sur le prix de notre alimentation. Ces « profiteurs de la faim » s’enrichissent pendant que des millions de personnes, notamment dans les Pays du Sud, peinent à se nourrir convenablement.

À travers ce “die-in” photographié par Pascal Montary, le CCFD-Terre Solidaire alerte sur une situation dramatique, qui dans certaines régions du monde n’est pas une mise en scène, mais bel et bien la réalité. À l’approche du prochain Comité pour la Sécurité Alimentaire mondiale des Nations Unies (CSA) le CCFD-Terre Solidaire exige que les décideurs politiques identifient les spéculateurs qui profitent de la faim et leur interdisent l’accès aux marchés agricoles.

Il s’agit de se mobiliser contre la seule des causes qui est vraiment artificielle dans la crise de la faim et l’inflation des prix alimentaires actuelle.

Sylvie Bukhari-de-Pontual, Présidente du CCFD-Terre Solidaire.

Lire aussi :

Pour aller plus loin :

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Nourrissons le monde de solutions pour combattre la faim
Je découvre Je fais un don