Publié le 10 décembre 2014

RDC : Le coût humain du pétrole low cost

SUR LE TERRAIN / République Démocratique du Congo

Perenco est une entreprise pétrolière franco-britannico-bahamienne. Elle a longtemps été spécialisée dans la reprise et l’exploitation de champs pétroliers matures dont les grands groupes pétroliers ne voulaient plus. Quel est son secret pour continuer à en tirer profit ? Faire des économies sur des installations souvent vétustes, sans se soucier des populations riveraines...

C’est le cas à Muanda, en République démocratique du Congo, qui reste, malgré 30 ans d’exploitation pétrolière, dont plus de 10 ans de présence de Perenco, la « cité pétrolière la plus pauvre du monde », selon les dires de ses habitants.

Non seulement, les retombées économiques de cette exploitation ne profitent pas aux populations, mais la production de ce pétrole « low cost » a des impacts directs sur leurs droits à l’alimentation et à la santé. Sans parler des manquements aux normes fondamentales du travail...

En effet, l’exploitation génère des pollutions importantes du fait de l’utilisation de produits chimiques, du stockage à ciel ouvert d’eaux de formation, du rejet direct d’effluents dans les rivières et de l’enfouissement de déchets dans le sol. Sans compter des fuites de brut et des émissions de gaz par les torchères à proximité des habitations. Par la contamination des produits, la raréfaction des ressources halieutiques et les dommages à long-terme sur la qualité des terres agricoles et d’élevage, ces pollutions portent directement atteinte aux seuls moyens de subsistance des populations, essentiellement la pêche et l’agriculture.

Les travailleurs du pétrole et les communautés riveraines développent des pathologies respiratoires aigües, dermatologiques, ophtalmologiques et gastriques. L’emploi local reste peu qualifié et précaire, les salaires sont faibles et l’on observe une récurrence des accidents. Et lorsqu’ils veulent faire valoir leurs droits, les grévistes ou les riverains font l’objet de représailles.

Considérant que la course au profit des multinationales prime sur les droits de l’Homme. Ecouter

En savoir + :
Rapport « Pétrole à Muanda : la justice au rabais » (rapport, novembre 2013)
PERENCO en RDC nominé aux prix Pinocchio (communiqué, octobre 2014)

Nos projets

15 septembre 2016

Un rapport pour comprendre la crise en République centrafricaine

Le Réseau des Organisations de la Société Civile Centrafricaine pour la Gouvernance et le Développement (ROSCA-GD), partenaire du (...)

29 août 2016 CEDAC

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

S’informer

22 septembre 2016

La responsabilité des chefs d’Etat engagée après l’attaque du convoi humanitaire près d’Alep

L’attaque délibérée de lundi 19 septembre 2016 sur un convoi humanitaire apportant de l’aide essentielle pour venir en aide aux habitants (...)

22 septembre 2016

Monsanto sur le banc des accusés d’un tribunal international

294- juillet/août 2016

Afin d’ouvrir l’accès à la justice aux victimes de l’agrobusiness et de lutter contre l’impunité des multinationales, des figures de la (...)

22 septembre 2016

Evasion fiscale : l’Assemblée nationale perd-elle une autre occasion d’avancer vers la transparence ?

La publication des « Bahamas leaks » mercredi 21 septembre 2016, l’ouverture d’une enquête de la Commission européenne à l’encontre d’Engie (...)