Élections : le CCFD-Terre Solidaire bat la campagne

Publié le 02.04.2022| Mis à jour le 01.07.2022

Plus percutant, davantage centré sur les grands enjeux du moment, en lien avec son expertise et au carrefour entre l’échelon national et local, ici et là-bas, le CCFD-Terre Solidaire s’apprête, en cette période pré-électorale, à partir en campagne. L’association est bien décidée à faire entendre sa voix auprès des élus et des citoyens.

Directeur du plaidoyer du CCFD-Terre solidaire, Jean-François Dubost précise : « Il y a cinq ans, nous avions rédigé une liste reprenant les points sur lesquels nous souhaitions que les candidats aux élections présidentielle et législatives s’engagent. Cette année, nous avons préféré expliciter les marqueurs que l’association utilisera au cours des cinq prochaines années pour évaluer l’orientation et le bien-fondé des politiques publiques. » Un changement d’approche qui s’explique par plusieurs facteurs : « Les engagements concrets et trop précis enferment au lieu d’apporter une vue plus globale des sujets, ajoute-t-il. Ils se révèlent d’une durée de vie limitée – quand ils sont réellement respectés – et peuvent très bien servir d’outil de communication électorale de la part de certains candidats. »

Le nombre de personnes souffrant de la faim n’a cessé d’augmenter et la hausse des prix sur les marchés agricoles internationaux soulignent la nécessité de transformer nos systèmes agricoles.

Il en va ainsi de la souveraineté alimentaire et de la promotion de l’agroécologie, pierres angulaires de toute stratégie destinée à combattre l’insécurité alimentaire. Le nombre de personnes souffrant de la faim n’a cessé d’augmenter ces dernières années, un phénomène aggravé par la pandémie. La récente hausse des prix sur les marchés agricoles internationaux ajoute une nouvelle menace qui souligne la nécessité de transformation de nos systèmes agricoles et alimentaires.

Le thème de la justice climatique s’est lui aussi naturellement imposé alors que les effets de la crise climatique s’accentuent partout dans le monde. L’enjeu, aujourd’hui, est de s’engager dans des actions assurant une réduction réelle de nos émissions pour ne pas dépasser un réchauffement de 1,5°C. Mais les fausses solutions et les actions de greenwashing ralentissent l’action climatique. Parmi elles, la promotion de la neutralité carbone, avec la mise en place de projets de compensation, qui veut faire croire que c’est en stockant du carbone dans les terres agricoles ou les forêts à l’autre bout du monde que l’on neutralisera nos propres émissions.

L’accord sur la fiscalité mondiale négocié dans le cadre de l’OCDE – qui laisse un nombre conséquent de pays en développement en dehors du processus – avantagera d’abord les pays les plus riches. Il aurait dû « se discuter dans une enceinte multilatérale comme l’ONU, afin que tous les pays puissent sur un pied d’égalité avoir droit au chapitre », insiste Jean-François Dubost. La question de la dette, qui fait partie des thématiques liées à la justice fiscale, est également en train de monter en puissance. En effet, l’endettement des pays réduit leurs marges de manœuvre en matière d’investissements publics bénéfiques pour la population, à l’image de l’éducation ou de la santé.

La logique, qui consiste à s’appuyer à la fois sur des convictions et sur l’expertise reconnue du CCFD-Terre Solidaire, se déclinera pour la présidentielle et pour les législatives.

Dans le droit fil des principes de droits humains défendus par le CCFD-Terre Solidaire, la nécessaire régulation des multinationales, dans l’attente de la directive européenne sur le devoir de vigilance, trouve toute sa place. Tout comme l’accent mis sur des politiques migratoires centrées sur les droits humains dans un contexte de fermeture des frontières et d’adoption de lois sécuritaires. Une liste complétée par la politique de la France au Sahel. « Nous allons l’aborder sous un angle géopolitique en raison là aussi de l’actualité et en lien avec d’autres associations du Nord comme du Sud », poursuit Jean-François Dubost.

Car, comme le souligne Jean Vettraino, directeur de la mobilisation citoyenne de l’association : « Les élections se préparent aussi dans différents espaces.» Il souligne le travail effectué main dans la main avec plusieurs organisations de la société civile du Nord, réunies au sein de structures, tels le Réseau action climat ou la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires.

Cette logique qui consiste à s’appuyer à la fois sur des convictions et sur une expertise reconnue se déclinera pour la présidentielle et pour les législatives. À l’échelon national, le CCFD-Terre Solidaire va se rapprocher des candidats et de leurs équipes pour échanger sur ces « marqueurs ». À l’échelon local et dans leurs territoires, les bénévoles aguerris seront, quant à eux, chargés d’appliquer la même stratégie auprès de ceux qui sollicitent le suffrage pour rejoindre les bancs de l’Assemblée nationale.

Mais les citoyens, qui sont aussi des électeurs, ne sont pas oubliés pour autant. « Il faut que nous allions à leur rencontre pour réaffirmer les enjeux internationaux, complètement absents de cette période pré-électorale, pointe Jean Vettraino. Nous vivons un moment paradoxal : nous sortons de deux ans d’une pandémie mondiale. Mais cette dimension de solidarité n’est absolument pas présente dans les débats, même si elle l’est dans certains programmes des candidats. C’est étonnant ! »

D’autant que tous les « marqueurs » mis en avant dans cette campagne soulignent que nos choix ici ont aussi des répercussions là-bas. Établir des ponts n’est en effet pas très difficile : l’insécurité alimentaire loin de disparaître de l’Hexagone est redevenue visible en raison du Covid dont les conséquences ont été très lourdes pour les plus fragiles. Les inégalités sociales, toujours plus fortes, viennent quant à elles interroger les citoyens sur la justice fiscale. Cette thématique est amplifiée par les préoccupations sur le pouvoir d’achat alors que les dividendes versés aux actionnaires n’ont jamais atteint de tels sommets. Et nous sommes de plus en plus conscients que les dérèglements climatiques ne sont plus une exception, mais sont en train de devenir la règle et qu’aucun pays n’est épargné.

Des outils pour l’action

Munis d’un guide d’animation, conçu pour les élections (présidentielle et surtout législatives) les bénévoles sont donc conviés à investir l’espace public afin d’y engager le débat. « Il faut être présent et créer des petits espaces de mobilisation citoyenne dans l’espace public, insiste Jean Vettraino. Il existe toute une palette d’actions possibles auprès de publics très variés. Nous avons par exemple élargi nos outils en reprenant un jeu sur les enjeux de la démocratie, du vote, de la citoyenneté grâce à l’association Tous élus : ” La Dernière élection avant la fin du monde “. Un droit fondamental alors que l’abstention explose et que les démocraties s’affaissent tout autour de nous. »

Et si les partenaires des pays du Sud ne sont pas physiquement présents durant la campagne, en raison notamment du Covid, les actions qu’ils conduisent sur le terrain vont irriguer les débats, permettant de contextualiser et de rendre plus concrets un certain nombre de sujets.

Le CCFD-Terre Solidaire a d’autre part choisi d’occuper l’espace numérique : outre un guide de mobilisation sous forme numérique, des webinaires, réunissant salariés et bénévoles, seront organisés en amont du lancement des actions de terrain pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d’approfondir les sujets.

À l’heure de la numérisation accélérée, l’association a également créé sur la Toile un espace dédié aux bénévoles afin qu’ils puissent faire des retours d’expérience et s’entraider. La présence sur les réseaux sociaux devrait, quant à elle, être beaucoup plus marquée. De quoi, là aussi, partir à la conquête d’un nouveau public.

Une position cohérente

« Nous avons fait le choix d’une position cohérente et conforme à ce que nous sommes et à ce qu’exige la situation », affirme Jean-François Dubost. Au programme donc : de la rigueur, des débats de fond, dans une démarche pédagogique. « C’est justement parce qu’on prend les citoyens et citoyennes au sérieux qu’on ne va pas jouer un rôle clivant et court-termiste », ajoute Jean Vettraino, conscient de la difficulté d’avancer dans une campagne atypique où les jugements à l’emporte-pièce et la désinformation prolifèrent…

Laurence Estival

DÉCOUVREZ NOS ACTIONS DANS LE CADRE DES ÉLECTIONS

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Nourrissons le monde de solutions pour combattre la faim
Je découvre Je fais un don