Bosnie-Herzégovine, Podcast

En Bosnie, l’histoire de Milica qui protège la nature

Publié le 23.03.2022| Mis à jour le 01.07.2022

Milica est une jeune militante engagée pour le climat et la préservation de l’environnement en Bosnie. Elle a rejoint le Centre pour l’environnement bosnien soutenu par le CCFD-Terre Solidaire

Vous y croyez, vous, qu’un paysage puisse orienter le cours d’une vie ?  

Milica a grandi dans les montagnes de Prijedor, au nord de la Bosnie-Herzégovine. Petite dernière d’une famille de quatre enfants, elle passe ses journées dehors. Elle brave la neige l’hiver, les coups de soleil l’été et dès qu’elle le peut, elle fonce vers le cours d’eau le plus proche pour observer la vie qui s’y déroule. Parfois c’est plutôt les rochers qui l’intéressent, pour y grimper et contempler d’en haut, ces étendues vertes qu’offre à voir la Bosnie.  

Dans son village, tout le monde possède un potager. Ses voisins ont leur propre élevage et bien souvent, on peut voir chèvres et poules se balader dans les jardins entre les meules de foin. 

Ce mode de vie, en lien avec la nature, développe l’intérêt de Milica pour l’environnement.  Malheureusement, au fil des années, elle réalise amèrement, que pour que la nature révèle sa beauté, il faut encore savoir la regarder. Hélas, l’avidité de certains leur brouille la vue. Comme partout dans le monde, cette nature si sacrée devient menacée. Les rivières de Bosnie deviennent prisées par les compagnies d’électricité.  

A 12 ans, premier acte : Milica décide de ne plus manger de viande. Une décision qui étonne ses parents. Être végétarienne n’est pas encore compris dans son pays, encore moins dans les zones rurales, mais peu importe, c’est pour elle le premier pas dans sa lutte contre l’agro-industrie. De toute façon, il n’y a pas que la viande dans la vie ! Milica cuisine des plats végétariens comme le Sataras, un ragout de poivrons, tomates, oignons…puis elle raffole des champignons.  

A 17 ans, direction Banja Luka pour les études. Milica rejoint ce qu’elle appellera plus tard sa bulle : des groupes de personnes, engagées comme elle pour le climat. Rapidement elle s’engage avec le CZZS : le centre pour l’environnement bosnien. Elle finit par y travailler en 2020. C’est l’aboutissement de ses années d’étude et la concrétisation de son engagement ! Ses journées sont variées, à l’image de ses missions. Un jour elle va sur le terrain, discuter avec des agriculteurs de l’emploi de pesticides, un autre jour elle sensibilise les habitant.e.s au tri des déchets.

Mais il faut bien l’avouer, certains jours sont plus durs que d’autres. Tous ses interlocuteurs ne comprennent pas la nécessité de changer leurs pratiques. Comment admettre que ce que l’on fait depuis 50 ans n’est finalement pas bien ? Milica arrive à les comprendre et elle s’impose justement de continuer à dialoguer, surtout avec celles et ceux qui ne sont pas d’accord. 

Et puis, il y a des jours plus lumineux ! Comme ce jour où, avec les habitant.e.s de la ville de Bosanski Petrovac, ont réussi à faire fermer un incinérateur à déchet. Un sourire franc se dessine sur le visage de Milica quand elle y pense. 

Un beau souvenir…qui lui rappelle au quotidien que c’est à plusieurs que s’obtiennent les plus belles victoires ! 

Pour aller plus loin :

Rencontrer Milica le 2 avril à Gap

En Bosnie-Herzégovine la Republika Srpska joue avec le feu

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne