© William Dupuy

En RDC, les femmes paysannes militent pour leurs droits et une meilleure politique agricole (Podcast)

Publié le 11.12.2020| Mis à jour le 03.02.2022

A l’occasion de la journée internationale des droits humains, Samuel Pommeret, chargé de mission Afrique au CCFD-Terre Solidaire, nous parle du combat des femmes paysannes congolaises qui luttent contre les discriminations qu’elles subissent.


«Quand les droits humains sont bafoués, les effets de la crise sont plus forts et frappent en premier lieu les plus vulnérables.» explique Samuel Pommeret, chargé de mission Afrique au CCFD-Terre Solidaire

C’est le cas au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, où les femmes paysannes sont particulièrement vulnérables en temps de crise sanitaire et doivent lutter pour leurs droits et leur accès à la terre.

En effet, ces femmes sont très rarement propriétaires des terres qu’elles cultivent alors que ce sont elles qui produisent l’alimentation et génèrent des revenus.
La société patriarcale en place dans la région les empêche de faire entendre leur voix, de prendre des décisions sur les activités agricoles, et la coutume limite leur pouvoir d’hériter en cas de décès du conjoint ou du père. Elles risquent ainsi de se faire expulser de leurs terres.

Elles sont pourtant les piliers de leurs familles, des actrices économiques qui luttent au quotidien et des citoyennes engagées dans la construction de la Paix au sein du pays.
La lutte contre ces discriminations et la réalisation de tous les droits humains sont des conditions sine qua non du développement et de l’autonomie alimentaire et économique du pays.

Notre partenaire, l’organisation de femmes paysannes UWAKI, est mobilisée sur deux grands enjeux : la souveraineté alimentaire, et la promotion des droits des femmes rurales du Nord-Kivu, une région encore ravagée par la guerre.

Les missions d’UWAKI consistent à :

  • Mettre en place un certain nombre d’initiatives de défense des droits des femmes (droit à la terre, droit au travail et droit à l’alimentation).
  • Militer en faveur d’une politique agricole favorable à l’agriculture familiale et respectueuse de l’environnement, notamment en les formant à l’agroécologie.
  • Leur apporter une aide financière, grâce par exemple à des caisses d’épargne communautaires, pour les aider à développer leurs activités économiques et leurs commerces.
  • Et enfin, viser l’amélioration des revenus et la professionnalisation des productrices en les appuyant dans les négociations avec les chefs coutumiers et les grands propriétaires, ainsi qu’en organisant des campagnes de plaidoyer.

Lire aussi : Les paysannes du Congo prennent leur destin en main.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Nourrissons le monde de solutions pour combattre la faim
Je découvre Je fais un don