Noël contre la faim

Publié le 1er mai 2006

Ils ne veulent pas s’intégrer

« Il y a les immigrés intégrables et les autres… » : une petite phrase qui désigne implicitement les immigrés trop "différents" pour être intégrés à la société française. Mais est-il si simple de faire le tri entre les "bons" et les "mauvais" immigrés ?

• Blancs, catholiques et indésirables
Rappelons que l’intégration des Italiens et des Polonais – tous blancs et catholiques – a également posé problème. En 1893, des ouvriers italiens ont été lynchés à Aigues-Mortes et, dans les années trente, les Polonais souffraient de graves discriminations. Alors que le chômage augmentait, des expulsions collectives étaient organisées vers la Pologne.

• Des étrangers qui s’adaptent
On désigne des pratiques culturelles, telle l’excision, comme autant de « preuves » de l’impossible intégration de certains étrangers, notamment les plus musulmans et les plus noirs. Polygamie, excision sont des pratiques ultraminoritaires.
En réalité, l’immigration conduit à un métissage culturel réciproque qui rapproche les pratiques des immigrés de celles des autres Français. Ainsi en est-il du taux de fécondité : il y a de moins en moins de différence entre celui des « natives » et des immigrées.
Le taux de mariage dits "mixtes" est aussi un bon indicateur de la capacité des jeunes générations issues de l’immigration à se fondre dans la société française.

• Une responsabilité sociale

L’intégration n’est pas seulement des immigrés. La société d’accueil a aussi sa responsabilité. D’abord en condamnant les discriminations. Ensuite en mettant en place des dispositifs d’insertion sociales. Or, par les choix de politique urbaine qui ont relégué les populations étrangères dans des cités des banlieues, on a créé les conditions d’un déficit d’intégration dont on ressent aujourd’hui les conséquences.

• Peut-on trier les immigrés ?
L’immigration choisie vise à sélectionner les étrangers utiles, les étrangers « intégrables ». Le père Christian Delorme, ancien membre du Haut Conseil à l’intégration*, se pose la question de la moralité d’une telle politique : « Peut-on asseoir une politique migratoire sur la base des seuls intérêts économiques nationaux ? » Peut-on distinguer le « bon » immigré du « mauvais » ? Réponse : « Et même […] si les politiques d’intégration ne vont pas de soi, il y a pour la France un devoir moral à se montrer reconnaissante à l’égard de toutes ces "vagues" d’immigrations, immigrations de travail, immigrations de peuplement. »

* Voir, « Pour une immigration accueillie et créatrice d’amitié entre les peuples », février 2006

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : appuyer les pêcheurs face à l’accaparement du littoral

Développer le pays. Si le mot d’ordre du gouvernement sri lankais parait louable, les bénéfices de cette politique restent trop souvent (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : aider les personnes déplacées par la guerre, en particulier les veuves

Après des années d’un long conflit meurtrier, l’association sri lankaise Nafso accompagne le retour des personnes déplacées par la guerre, (...)

S’informer

1er janvier 2018

En Colombie, une commission pour faire la vérité sur le conflit- Francisco De Roux

302 - Novembre-Décembre

Responsable de la communauté jésuite de Colombie depuis 2008, ancien directeur du Cinep/PPP, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

8 décembre 2017

Au Mexique, le Prix National des Droits Humains 2017 décerné à notre partenaire Miguel Gandara, président de Serapaz

Avec tous les membres de Serapaz, le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de voir le Prix National des Droits Humains au Mexique décerné à son (...)

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)