Noël contre la faim

Publié le 01.06.2017 • Mis à jour le 24.11.2017

En Birmanie, la société civile appelle le gouvernement à coopérer avec la mission d’enquête des Nations unies

Soixante organisations de la société civile birmane, dont plusieurs partenaires du CCFD-Terre Solidaire – CYSH, Humanity Institute, KWAT et Metta Development Foundation – demandent au gouvernement d’Aung San Suu Kyi que la vérité soit faite sur les violences qui ont lieu contre les populations Rohingyas, dans l’ouest du pays. Elles dénoncent aussi les violences dans le nord et le nord-est contre les minorités ethniques locales (Kachin, Shan, etc.).

La nécessité d’une mission d’enquête des Nations Unies

Dès le 25 mai 2017, un appel des organisations de la société civile birmane invitait l’icône de la démocratie en Birmanie Aung San Suu Kyi et son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, à « coopérer pleinement avec la Mission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies le 24 mars 2017 ».

Ce projet de mission d’enquête fait suite au texte présenté par le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans ce pays dénonçant des « violations graves des droits de l’homme et des abus perpétrés par les militaires et les forces de sécurités en Birmanie, notamment dans l’État d’Arakan », mais aussi de « discriminations institutionnalisées contre les minorités, ethniques ou religieuses ».

Des accusations on ne peut plus fondées selon les ONG birmanes. Elles soulignent que l’« opération de nettoyage » menée par l’armée birmane entre octobre 2016 et février 2017 dans le nord de l’Arakan s’est traduite pour les Rohingyas qui y vivent par « le viol en masse de femmes et de filles, les exécutions extrajudiciaires et le brûlage généralisé des villages ».
Elles rappellent également que « les défenseurs des droits de l’homme des États kachin, karen, karenni, mon et shan ont constaté depuis longtemps des violences similaires sur leur sol, y compris jusqu’à nos jours ».

Lire aussi : En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

Une situation à laquelle Aung San Suu Kyi et la LND ont du mal à répondre. Les autorités gouvernementales se contentent en effet le plus souvent de relayer les dénégations militaires relatives aux exactions commises à l’encontre des Rohingyas. Quant aux minorités ethniques, elles ne sont invitées qu’a signer des accords de paix alors que la guerre se poursuit dans les États kachin et shan.

De quoi inquiéter la société civile qui dès le mois de mai 2017 s’avouait « profondément préoccupée » par ce contexte particulier :

« si le gouvernement de la LND ou les dirigeants militaires ne coopèrent pas pleinement avec la mission d’enquête, la situation des droits de l’homme pourrait se détériorer dans diverses parties de la Birmanie, ce qui conduirait à encore plus d’atrocité ».

Les différents signataires de l’appel de la société civile pressaient aussi les autorités birmanes de

« démontrer leur attachement à l’État de droit dans cette période de transition démocratique ».

Le 31 mai 2017, le gouvernement birman a confirmé, par la voix de son porte-parole, son refus de voir arriver une Mission d’enquête de l’Onu sur son territoire, arguant qu’il s’agit là d’une « affaire interne ».

L’Onu alerte sur le nettoyage ethnique en cours

Entre le 25 aout et le 11 septembre 2017, une nouvelle vague de violences s’est abattue sur les Rohingyas :
- Des sources fiables parlent de 4 500 morts, d’autres de plus de 8 000 morts.
- Plus de 35 000 habitations de familles Rohingya et 140 villages ont probablement été détruits.
- Selon les estimations de l’ONU, 370 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh depuis le 25 août. Au moins 100 000 sont peut-être encore en Birmanie après avoir fui leur domicile.
- Plus de 40 000 Rohingya sont piégés dans zones montagneuses, sans nourriture, ni médicaments, ni abris.

Source : Info Birmanie

Des attaques sur des postes de police le 25 août 2017 ont entrainé une répression sans précédent et le début des massacres.
Le début des massacres coïncide aussi avec la publication du très critique Rapport Kofi Annan qui propose de multiples recommandations, dont celle de traiter la question de citoyenneté birmane des Rohingyas, dont ils sont largement exclus.

Dans son discours du 19 septembre, Aung San Suu Kyi dit vouloir étudier la situation, ce que son gouvernement peut faire simplement en acceptant la mission d’enquête de l’ONU. Pour Nicolas Heren, chargé de mission Birmanie au CCFD-Terre Solidaire,

Aung San Suu Kyi a dit aussi vouloir appliquer les recommandations du Rapport Kofi Anan ce qui serait en effet un premier pas vers une solution plus stable.

Patrick Chesnet

Télécharger ci-dessous l’appel en anglais et en birman

Myanmar Civil Society Calls for NLD Government to Fully Cooperate with U.N. - Mandated Fact Finding Mission to Myanmar
Myanmar Civil Society Calls for NLD Government to Fully Cooperate with U.N. - Mandated Fact Finding Mission to Myanmar

S’informer

10 avril 2018

Qui sont les Rohingya, menacés d’anéantissement en Birmanie ?

Qui sont les Rohingya ? Pourquoi sont-ils persécutés ? Un rapport très documenté, publié par l’association Info Birmanie, soutenue par le (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)

Nos projets

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)