Publié le 16.07.2015 • Mis à jour le 14.10.2016

Addis Abeba : un accord placé sous le signe du renoncement

Les Etats membres des Nations unies réunis à Addis-Abeba pour la troisième conférence sur le financement du développement (13 - 16 juillet) viennent de se mettre d’accord sur la déclaration finale, après plusieurs mois de longues et âpres négociations.

Le CCFD-Terre Solidaire, comme les autres organisations de la société civile présentes, dénonce un texte manquant cruellement d’ambition face aux enjeux. Selon lui, le résultat de cette conférence se résume en deux points : maintien des privilèges des pays développés dans la gouvernance économique mondiale et carte blanche donnée au secteur privé pour financer le développement.

« L’accord est extrêmement décevant », commente Lucie Watrinet, chargée de plaidoyer Financement du développement au CCFD-Terre Solidaire. « C’est pour nous un véritable échec. Il ne répond ni à l’enjeu de financer les objectifs du développement durable, ni à celui de donner une voix aux pays en développement dans la gouvernance économique mondiale ».

Le point d’achoppement qui a cristallisé toutes les tensions depuis le début de la conférence, concernait la création d’un organisme intergouvernemental au sein de l’ONU sur les questions fiscales : il visait à permettre à tous les pays du monde d’avoir voix au chapitre sur ces enjeux, traités actuellement au sein de ce club de pays riches qu’est l’OCDE. Mais les pays en développement ont fini par céder sous la pression des pays développés. « Par leur intransigeance sur le partage de leurs prérogatives, les pays développés, au premier rang desquels le Royaume Uni, les Etats Unis et la France, ont envoyé un signal extrêmement négatif. Cette position peut être interprétée comme un rejet du multilatéralisme », s’inquiète Lucie Watrinet.

« La position de la France est incompréhensible et dangereuse : comment peut-on avoir pour objectif un accord onusien sur le climat à Paris tout en dénigrant les Nations unies et en assumant que certains sujets ne doivent être traités qu’entre pays riches ? » s’interroge-t-elle.

Enfin, l’autre point noir de la déclaration d’Addis concerne le tapis rouge déroulé au secteur privé pour financer le développement. Cet appel à la contribution des entreprises n’est accompagné d’aucun encadrement suffisant et contraignant pour s’assurer qu’elles respectent les droits humains et l’environnement et contribuent réellement au développement.

Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02

A Addis Abeba, le Tax Body au cœur des enjeux

Le 15 juillet dernier, au cours de la troisième conférence sur le financement du développement qui s’est tenue à Addis Abeba du 13 au 16 juillet, un accord a été conclu : les pays développés ont réussi à faire plier les pays en développement qui étaient alors unis pour demander la création d’un organisme fiscal intergouvernemental au sein des Nations Unies, Tax Body, en anglais. Mais l’histoire retiendra une bataille très tendue et une mobilisation hors norme de la société civile. Lire la suite

S’informer

19 septembre 2018

Fin de l’examen du projet de loi contre la fraude fiscale à l’Assemblée Nationale (Communiqué)

Communiqué conjoint : Anticor, ATTAC, CCFD-Terre Solidaire, Oxfam, Sherpa, Syndicat de la Magistrature L’Assemblée a terminé ce (...)

14 septembre 2018

Examen à l’Assemblée nationale du projet de loi fraude fiscale

Ce lundi 17 septembre l’Assemblée nationale examine en plénière le projet de loi sur la fraude fiscale. A l’issue de l’examen en commission (...)

26 juillet 2018

Projet de loi fraude fiscale : les députés renoncent à une ouverture complète du verrou de Bercy ( Communiqué)

Mardi 24 et mercredi 25 juillet, la Commission des Finances de l’Assemblée nationale a étudié en première lecture le projet de loi relatif à (...)

Nos projets

20 novembre 2014

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

19 octobre 2012

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)

11 octobre 2011

« Au Paraguay, les pauvres paient plus d’impôts que les riches »

Auteur d’une « Analyse du système fiscal au Paraguay et potentiel de la collecte d’Impôts », en collaboration notamment avec Decidamos, (...)